Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > Actualité > Bulletin national > C’est le moment : tous en grève !

Après la réussite de la grève du 20 novembre

C’est le moment : tous en grève !

jeudi 22 novembre 2007, par Antoine

La manifestation du 20 novembre a regroupé 700 000 personnes dans tout le pays. Cela montre qu’il existe un fort potentiel de mobilisation. Malgré les pressions sur les grévistes pour qu’ils reprennent le travail, de nombreuses AG de cheminots continuent la grève. Pour aller jusqu’au bout, ils ont besoin du soutien d’autres secteurs.

Le mouvement étudiant continue

Dans les facs, la mobilisation s’amplifie. Cela confirme deux choses. D’une, les médias mentent quand ils disent que notre mouvement est minoritaire, peu suivi, qu’il s’essouffle. De deux, le gouvernement est en difficulté, quoi qu’en disent Sarkozy et ses ministres. Quelques jours avant le retrait du CPE, Chirac et Villepin aussi affirmaient leur détermination. En 95, Juppé se disait « droit dans ses bottes. » Mais ils ont perdu, face à la rue.

Ce n’est pas le moment de flancher ! Ce ne sont pas les CRS ou les présidents d’universités qui nous feront reculer ! Face à la répression féroce dont nous sommes souvent victimes, nous devons nous organiser collectivement, tenir et amplifier la mobilisation.

Les lycéens entrent dans la bataille

Les lycéens étaient nombreux dans la rue le 20 : les premiers blocages commencent à s’organiser dans les bahuts. Il faut organiser des AG, où les lycéens puissent s’informer et débattre non seulement de la Loi Pécresse mais également de leur propres problèmes, notamment des suppressions de postes, des expulsions d’élèves sans-papiers, du renforcement de la discipline... Ces AG doivent servir à convaincre que pour se battre efficacement contre ces attaques et contre ce gouvernemnt, la grève avec blocage est la méthode qui est efficace.

Nous nous battons contre la loi Pécresse, pour un vrai droit à l’éducation et des diplômes garants de droits sur le marché du travail. Nous voulons le maintien des régimes de retraites et le retour à 37,5 annuités de cotisation pour tous. Nous voulons des mesures concrètes pour la hausse du pouvoir d’achat, l’augmentation des salaires sans « travailler plus. » Face à nous, il y a un gouvernement qui veut en finir avec les acquis sociaux, arrachés par les luttes des travailleurs du 20ème siècle. C’est l’ancien n°2 du MEDEF, Denis Kessler, qui l’a dit dans un magazine d’économie : il faut, du point de vue du patronat, revenir sur les acquis sociaux hérités de 1945, la Sécu, le droit de grève, les garanties collectives... Il veulent revenir au 19ème siècle en terme de droit du travail, de protection collective, d’accès aux études et de niveau de vie.

C’est le moment

Ce mouvement est donc contre Sarkozy, ses ministres et le MEDEF. Nous devons être déterminés et conscients de cela : c’est en sachant où aller, jusqu’au bout contre Sarko et ses projets, que nous pourrons élaborer ensemble la stratégie de notre mouvement. Dans une situation où il y a à la fois des mobilisations chez les jeunes et chez les cheminots, où l’idée de la grève reconductible commence à être discutée dans certains secteurs de la fonction publique, nous devons saisir l’occasion pour infliger une défaite à Sarkozy. Pour cela il faut tous s’y mettre, et maintenant. Il faut à la fois renforcer le mouvement étudiant, impliquer sans cesse le plus grand nombre d’étudiants dans la construction quotidienne de la grève, et aider les lycéens à se lancer partout dans la lutte. Et il faut développer les liens avec les travailleurs, aller vers une grève générale, la paralysie de l’économie et donc du gouvernement.

Tous ensemble, c’est le moment !