Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > Dossiers > Mobilisations de masse > Réforme de l’université / retraites - 2007 > Echos locaux sur la mobilisation dans les facs > Paris 3 > Censier, 28/11

Censier, 28/11

jeudi 29 novembre 2007, par Antoine

Coup de gouache. AG mardi 27 à Censier : 800 personnes (on n’a jamais eu d’AG comme ça à Censier depuis……moi j’en ai jamais vu), l’amphi débordait de partout.

Un grand nombre de personnes du comité de mobilisation ont pris la parole, notamment en argumentant contre le vote à bulletin secret que le président organise jeudi. Les anti-bloqueurs, qui avaient réussit à gagner l’AG au début pour imposer leur participation à la tribune, ont été ridiculisé au cours du débat, les intervs de tous les grévistes ovationnées….

Du coup, vote du boycott à une majorité écrasante (le bulletin secret avait failli passer à 20 voix près la semaine dernière), idem pour la grève et le blocage.

Un « fuck référendum » s’organise, avec ambiance genre manif de droite, déguisements, urnes bidons, banderoles, théâtre et arguments pour convaincre les gens de ne pas aller voter. Puis participation à la manif, en espérant avoir les forces disponibles…

Prochaine AG vendredi.

Sinon, aujourd’hui réunion Unef anti-LRU, des nouvelles têtes, des gens du comité de mob.

D’autre gens du comité de mob sont intéressés aussi, notamment parce qu’ils voient bien que la question de savoir si l’unef soutient ou pas le mouvement n’est pas une question secondaire. Du coup nos arguments sur le fait que c’est nous qui sommes porteurs de la vraie tradition de l’Unef, celle qui a lutté contre la guerre d’Algérie, qui a fait mai 68 ou 86 sont audibles.

Messages

  • Une question a quoi cela vous sert de pénaliser les éléves qui veulent bosser ? qui on besoin de ces cours pour pouvoir accéder a leur école l’an prochain ? vous y pencez à ça... Ok vous vous exprimez pas de problà¨mes mais n’empechez pas les personnes qui veulent bosser de le faire....

    • Malheureusement, les différentes propsitions, pétitions, manifs ... faites ont laissé le gouvernement silencieux.
      Il n’y a que lorsque les fac commencent à être bloquées qu’il s’apperçoie qu’il a fait passer la loi en catimini au début de l’été et qu’à part les présidents d’université, tout le monde est contre : étudiants, profs et personnels.

      Alors effectivement, nous risquons de rater un mois de cours, mais cela empechera cette loi de passer et de se retrouver comme beacoup d’autres pays en europe o๠l’accà¨s aux études est trà¨s élevé.

      Voila, c’est le conflit entre les intérêts personnels de chacun d’aujourd’hui et ceux de tous demain.

      Que choisir ?

      Moi j’ai choisi le blocage.