Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > Dossiers > Mobilisations de masse > Réforme de l’université / retraites - 2007 > Lycées > Rhà´ne-Alpes > Lycée de Belleville (69) - 27/11/07

Lycée de Belleville (69) - 27/11/07

vendredi 30 novembre 2007, par Raphaà« l

Appel a blocage trop faible dans mon bahut, du coup à la pause de 10h on se rassemble devant le lycée et en deployant notre banderole, on commence à scander des slogans et à informer les personne qui sortent (barrage filtrant mais à l envers^^). Après avoir reunit les lycéens les plus motivés, nous entrons dans le lycée, les couloirs du bâtiment principal, et appelons à un rassemblement immédiat devant le lycée pour une manif, en rappelant les motifs de celle-ci, à savoir : « abrogation de la LRU », « opposition aux suppressions de postes dans l’éducation nationale, aux réformes du bac »…

À 10h20, nous sommes une petite centaine déterminée, et c’est dans une ambiance militante que nous partons en direction du péage de Belleville, en passant par le marché, pour faire entendre nos revendications.

Arrivés au péage, nous décidons de bloquer l’entrée de l’autoroute - quelques militants procèdent à un collage d’autocollants un peu partout - en instaurant néanmoins un barrage filtrant, pour les poids lourds et certains véhicules de secours, étant donné la présence d’un accident quelques kilomètres plus loin. Certaines personnes sont évidemment hostiles à notre action ! Nous continuons à crier de plus belle, tout en informant les automobilistes du motif de cette manifestation.

Il est environ 11h quand les gendarmes arrivent, nous demandent de nous retirer, et veulent nous raccompagner au lycée « pour notre sécurité » et parce que notre manif est illégale. Nous retournons alors au lycée, en essayant à 2 ou 3 reprises de prendre des directions opposées à celles imposées par les flics.

De retour au lycée à 11h30, nous faisons un sit-in devant l’entrée, accompagné de slogans. Des camarades prévoient de nouvelles actions pour la journée, tandis que la présence du proviseur et des gendarmes sonne pour la plupart la fin du mouvement ce matin…