Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > Dossiers > Mobilisations de masse > Réforme de l’université / retraites - 2007 > Lycées > Champagne- Ardenne > Lycées Mulhouse, 27/11/07

Lycées Mulhouse, 27/11/07

vendredi 30 novembre 2007, par Raphaà« l

A mulhouse mardi 27 novembre a été tenté une mobilisation devant le lycée schweitzer par un petit groupe de 100 élèves mais qui par la présence et l’intimidation organisés de toute l’administration présente, car au courant de la grève,et qui menacaient d’expulsion les élèves qui iraient à la grève. Le petit groupe restés avec quelques élèves d’autres lycées faisant partie de la coordination lycéenne de mulhouse sont allés devant le lycée le plus proche le lycée Stoessel, ou il y a eut quelque débordement tel que casse d’une cabine téléphonique, mais cela s’est très vite calmé. Avec le groupe qui grossissait soit une soixantaine de personne nous nous sommes dirigés vers un autre lycées devant lequel nous avons eut à faire A UNE REPRESSION POLICIERE soit disant parce que quelques pierres ont volés contre les agents de polices. Bref le petit groupe après la dispersion s’est finalement rassemblés devant le lycée Roosevelt ou on avait décidé de se dirigé. Des élèves du lycée sont sortis pour nous rejoindre, puis l’après midi le groupe s’est retrouvé devant le lycée Stoessel ou il y a eut un blocus, et après lequel un groupe de 150 lycéens nous nous sommes dirigés à pieds au lycée Louis Armand à 7-8km d’ou on se trouvait, pour rejoindre nos camarades du lycée Louis Armand, mais a 500m du lycée un barrage policier, avec une 50aine de CRS + les inspecteurs et les brigades canines nous ont bloqués le chemin. Les élèves du lycées Louis Armand ont été menacés d’expulsion par leur proviseur pendant la récré et interdit de rejoindre la grève sous peine d’expulsion. Finalement le mouvement s’est arretté vers 17h, cela sur la demande de la coordination, car le tramways avait été bloqué soit disant a cause des grévistes, mais cela est faux, touts les véhicules publics et privés ont été laissés passé par les grévistes il n’y a que contre les véhicules policier qui étaient bloqués par les grévistes. La répression policière ne nous fera pas reculer, il faut informer les jeunes de leurs droits, nous avons le droit de faire grève, les proviseurs n’ont pas le droit de nous sanctionner pour ça ! J’oubliai le mouvement avait pour revendication : l’abrogation de la loi Pécresse qui vise à privatiser nos facs, la création et non la suppression de postes dans l’éducation nationale,ouverture de plus gros moyens dans l’éducation, et un message d’hommage avait été prononcé pour les deux jeunes adolescents de villiers le bel morts à cause de l’irresponsabilité des agents de police. Je vous tout droit de modification de la forme de l’article, mais je compte sur vous pour en conserver le fond.

Messages

  • Aujourd’hui les jeunes des lycées de Mulhouse, suite à la visite du recteur de l’académie de strasbourg dut a la reforme des bac pro, ont manifestés au nombre de 500 personnes. La manif a commencé dans une bonne ambiance, avec slogans, musique et à fait le tour de tout les lycées de mulhouse, mais au niveau du lycée Rebberg les jeunes qui n’avaient rien fait si ce n’est continué a manifesté, ce sont fait chargé par la police avec des matracages sur les lycéens et des arrestations sans motifs. Un prof syndicaliste qui nous soutenait lors de la manif a été embarqué car essayé de défendre la cause des jeunes et a été traité de manipulateur CE QUI EST FAUX, toute l’organisation a été faite par des lycéens, ce dernier nous a seulement apporté sont soutien moral. De plus lorsque les jeunes ont fait une chaine humaine devant les véhicules policiers pour empecher l’embarcation de nos camarades, la police a encore agressé à coups de MATRAQUES, GRENADES ACRIMOGENE, COUPS,...Les manifestants avaient un mégaphone qui a été cassé par la police, il a été ARRACHE de la main des jeunes et jeté au sol. LA REPRESSION POLICIERE S’EN EST TROP, IL FAUT SE MOBILISER CONTRE LA VIOLENCE DE LA POLICE ENVERS LES JEUNES, nous ont demandes simplement l’abrogation de la loi pécresse, et la non supression du BEP, cad des conditions d’éducation meilleur.Aprà¨s les arrestations les jeunes ont étés divisés, par peur sans doute, mais le reste du groupe cad environ entre 200 et 300, s’est dirigée devant le commissariat de police pour revendiqué la libération de nos camarades, et l’arret de leurs poursuites.Jeunes de toute la France une nouvelle manifestations doit etre menés, mais cette fois contre la répression policià¨re en plus des revendications que l’on a déja. Parce que la devise de la republique francaise risque de passer de Liberté-Egalité-Fraternité à Repression-Inégalité-Xénophobie.

    • "incidents" lycéens à Mulhouse ? Non, violence incroyable de la police !

      jeudi 6 décembre, entre 400 et 600 lycéens des lycées professionels de Mulhouse ont défilé dans les rues de la ville derrià¨re une banderole dont le message était le suivant :

      "Touche pas à mon BEP
      Abrogation de toutes les lois anti-sociales
      Lycéens et étudiants solidaires"

      La manifestation était disciplinée, je veux dire réellement calme pour cette partie de la jeunesse ouvrià¨re, parmi la plus défavorisée, surtout face aux policiers qui n’ont cessé de les provoquer par des insultes.

      Faisant le tour des lycées, la manifestation grossissait jusqu’au moment oà¹, atteignant le lycée professionnel du Rebberg, les flics ont chargé. Matraques et bouclier pour les CRS, poings nus pour la BAC, ils sont entrés en force dans le cortà¨ge lycéen en frappant, cherchant à atteindre la sono et les animateurs groupés autour de celle-ci.

      Il y a eu des blessés, des dents cassées pour une jeune fille, un nez en sang pour un garçon, etc...

      Dans la soirée d’hier, voilà comment les journalistes présentaient la chose :

      "Une manifestation de lycéens dégénà¨re à Mulhouse"
      "MULHOUSE, Haut-Rhin (Reuters) - Environ 300 lycéens des filià¨res professionnelles ont manifesté à Mulhouse contre un projet de réforme des BEP et des Bac pro en lançant des pierres contre des vitres et sur les forces de l’ordre qui ont réagi par des tirs de gaz lacrymogà¨ne, constate-t-on sur place.

      Cinq adolescents ont été interpellés et placés en garde à vue, a rapporté la police. Quatre garçons devraient être poursuivis pour jets de pierre, une jeune fille devrait l’être pour outrage, a-t-on précisé de même source."

      La provocation venaient bien des flics ! contrairement à ce que la presse en dit aujourd’hui.