Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > Dossiers > Mobilisations de masse > Réforme de l’université / retraites - 2007 > Echos locaux sur la mobilisation dans les facs > Tours > Tours, 3/12

Tours, 3/12

lundi 3 décembre 2007, par Antoine

Suite à la reconduite du blocage jusqu’à mercredi, votée en AG mercredi dernier, le président de l’université de Tours a décidé vendredi de fermer administrativement la fac de lettres, arts et sciences humaines.
Lundi matin, lors de la réouverture, une partie des grévistes a décidé d’occuper la Bibliothèque Universitaire pour protester contre cette décision et empêcher une éventuelle reprise des cours, puisque seule l’AG, prévue mercredi prochain, est légitime pour décider de l’arrêt du blocage.

Les forces de répression sont intervenues pour déloger les étudiant-e-s grévistes. La fac a été fermée à nouveau...

Une action "sans violence" a eu lieu ensuite en ville par quelques centaines d’étudiant-e-s. Les forces de répression ont chargé à plusieurs reprises, et des arrestations ont eu lieu... Plus de nouvelles bientôt.

Salutations de lutte !

Messages

  • Ce lundi 3 décembre à Tours, une manifestation a été engagée aprà¨s une ambiance trà¨s "chiens de garde" à la faculté des Tanneurs. Durant la manifestation, 2 étudiants se font arrêter violemment vers 13h par les forces de l’Ordre au passage devant le commissariat central. Les autres présents se font matraquer et goà »tent à la trà¨s estimée lacrymo.
    Aprà¨s des groupes de personnes partent manger avant le rassemblement prévu pour l’AG. Certains se font suivre par la BAC, et l’on apprend à notre retour que 3 personnes se sont faites arrêter.
    Pour l’instant, nous n’avons de nouvelles que de JB, arrêté à 13h, et relà¢ché à 19h30 avec en prime une convocation au tribunal correctionnel le 19 Février 2008, pour "dégradations volontaires". Il va bien mais selon lui, au moins deux personnes croupissent toujours dans les geà´les du commissariat.
    Nous appelons à un soutien massif pour ces compagnons qui subissent la répression d’un Etat policier tout puissant. Pour que l’on n’enferme pas les militants politiques et tous les déviants, mobilisons nous !