Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > Dossiers > Mobilisations de masse > Réforme de l’université / retraites - 2007 > Lycées > COMPTE RENDU DE LA PREMIERE COORDINATION LYCEENNE DU 8/12/07

COMPTE RENDU DE LA PREMIERE COORDINATION LYCEENNE DU 8/12/07

samedi 19 janvier 2008, par Raphaà« l

COMPTE RENDU DE LA PREMIERE COORDINATION LYCEENE NATIONALE DU 8/12/07 SE TENANT A MONTPELLIER AU SALON DU BELVEDERE :

Ordre du jour :

- 1 Point sur l’actualité.
- 2 Etablir les revendications communes à tous les lycées.
- 3 Situation du mouvement.
- 4 Point sur la répression.
- 5 Action et mobilisation.
- 6 Prochaine coordination nationale ?

Environ 500 lycées sont mobilisés en France, des chiffres absents de
l’information quotidienne. En effet notre mouvement subit depuis le début
un mutisme de l’état réel de la mobilisation. De plus, il est très
difficile de distinguer un lycée mobilisé d’un autre bloqué.

Lycées représentés physiquement à la coordination : 28 situés au niveau
régional du Languedoc-Roussillon.
Lycées ayant collaborés et qui ont approuvé les décisions de cette
coordination par téléphone : une trentaine situés à Toulouse, Aix,
Marseille et Nantes.

NOS REVENDICATIONS :

NON A LA CASSE GENERALE DU SERVICE PUBLIC :

  • Abrogation de la Loi Relative à l’Autonomie des Universités (première de
    8 réformes concernant le système éducatif).
  • Contre la réforme des BAC professionnels (suppression des B.E.P).
  • Contre le désengagement progressif de l’état dans l’éducation nationale
    (hausse des budgets pour les moyens pédagogiques et pour l’orientation)
  • Contre la suppression des 11 200 postes de la rentrée 2008
  • Contre la suppression progressive de la carte scolaire.
  • Cette coordination annonce son inquiétude face à la future réforme
    découlant du rapport Darcos (refonte des filières générales…).

Un mouvement lycéen en péril :

De ce rassemblement en ressort un même sentiment d’impuissance face au
gouvernement et constatons ou plutôt déplorons un essoufflement dû en
partie à la désinformation pratiquée par les médias hyper-contrôlés, à une
répression policière écrasante et très violente ou même, plus grave, avons
affaire à une répression administrative assez inédite. Deux solutions
s’offrent à nous :
Une radicalisation du mouvement en sachant que les vacances de noël
arrivent bientôt, ou
Un arrêt momentané des blocages et mener d’autres sortes d’actions sans
toute fois arrêter la mobilisation et la diffusion de l’information.
Le mouvement s’essouffle donc, les vacances de noël arrivent d’ici peu, le
gouvernement n’a montré aucun signe de faiblesse au vu de notre
contestation et par ailleurs de multiples lois soutenant la casse du
service public feront l’objet d’un futur très proche. Pour toutes ces
raisons, nous avons plutôt opté pour la seconde solution qui nous
permettrait aussi de repartir en janvier un peu plus « solide » au niveau
national. Les syndicats des profs annoncent aussi qu’ils partiront
sûrement en grève en janvier.

Une répression quotidienne et violente :

Aucune région n’a été épargnée, les académies ont eu pour injonction de
débloquer tous les lycées et d’interdire toutes assemblées générales ou
pire encore toutes réunions d’informations. Afin d’obéir à ces ordres, le
moyen utilisé dans la plus part des cas, a été l’appel à l’intervention
des forces de l’ordre. Cette solution a donc suscité de nombreux
affrontements et de nombreuses violences. Une situation dont les médias
s’emparent afin de nous faire passer pour des casseurs et des petits
méchants révolutionnaires. Mais par contre, lorsqu’il s’agit de remettre
en question le rôle des forces de l’ordre ce n’est pas la même chose !
Souvenez-vous du cas du lycéen de Nantes qui s’est fait tiré dessus à bout
portant par un C.R.S à l’aide d’un Flashball, et qui a perdu un œil.
L’information est-elle passée au niveau national ? Des dizaines
d’interpellations se sont déroulés sans aucun motif valable si ce n’est
montrer une opposition, un mécontentement face à un gouvernement
répressif.

La répression administrative existe aussi : des dizaines d’exclusions sont
aujourd’hui recensés, des menaces directes sont faites aux organisateurs
des mouvements dans l’enceinte des établissements (menace d’exclusion,
menace au niveau de l’orientation de ces élèves, convocation des parents
d’élèves…)

Nous en arrivons alors au fait qu’il existe un réel désir de faire taire
notre mouvement, par une répression vicieuse ou encore violente. Nous
appelons alors à l’arrêt immédiat de toutes les formes de répression, et
rappelons que nous réalisons un mouvement pacifique.
C’est d’ailleurs cette répression s’amplifiant de jour en jour, qui a
amené dans l’urgence à la création de cette coordination nationale des
lycéens afin de se rassembler et non s’isoler chacun dans nos régions.
Nous aurons plus de poids et une chance accrue de nous faire entendre.
Cette organisation tardive n’a rassemblé qu’une minorité de représentants
issus des différents lycées, ce qui nous permet de la qualifier de
pré-coordination nationale.


ACTIONS ET MOBILISATIONS : cette coordination appelle à deux grandes
journées de mobilisation :

- Le MARDI 11 DÉCEMBRE : manifestation lycéenne (et étudiante en fonction de
leurs situations).
- Le JEUDI 13 DÉCEMBRE : journée de mobilisation et d’actions (à décider au
niveau local)


PROCHAINE COORDINATION NATIONALE LYCÉENNE :
en dépit de toutes autres
propositions pour accueillir la prochaine coordination (absence de
contacts, situation instable dans certaines villes…), il a été décidé
qu’elle se tiendrait une nouvelle fois à Montpellier le SAMEDI 15 DÉCEMBRE
afin de ne pas laisser passer les vacances de noël et de rester sur la
voie sur laquelle nous sommes lancés. Le lieu n’est pas encore précisé et
sera annoncer prochainement.

Nous appelons tous les lycées à nous contacter afin que cette coordination
puisse être représentative. Nous appelons aussi à l’aide afin d’organiser
cet événement qui n’est pas une tâche facile… Contacts etc. …

Adresse mail : lyceen_coord@hotmail.fr

La coordination nationale lycéenne.