Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > Dossiers > Mobilisations de masse > Réforme de l’université / retraites - 2007 > Lycées > Bretagne > Bretaggne : Etat de la mobilisation le 14/12/07

Bretaggne : Etat de la mobilisation le 14/12/07

vendredi 14 décembre 2007, par Raphaà« l

La réforme des BEP concerne 148 formations en Bretagne, une quarantaine dans le Finstère d’après une note du rectorat qui sert à préparer un groupe de travail le 14, avant un Comité Technique Paritaire le 18. Pour la CGT, ces réunions se tiennent d’habitude en janvier, cette précipitation prouve que lycéens et profs ont bien raison de s’inquiéter et de manifester.

Les 148 suppressions de filières se passeront soit par suppression pure et simple, soit par transformation d’un BEP ou d’un Bac Pro en quatre ans, en Bac Pro en 3 ans. Les ouvertures de CAP seraient une compensation pour les fermetures. Il faut noter que la Région Bretagne, responsable des lycées, n’a jamais été consultée.

Il faut aussi noter que le Bac Pro en 3 ans existe depuis 2001, crée par Jean Luc Mélanchon, et que là où il y a les moyens, cela marche. Le problème c’est que tous ne l’auront pas en 3 ans, que faire de ceux qui décrochent ? Que vaudra le certificat des 2 ans d’études qui remplacera le BEP ?

Actuellement, seuls 46% des BEP poursuivent leurs études. Pour la CGT, le risque ce n’est pas les 3 ans, le danger c’est un « Bac Pro élitiste » pour les bons élèves et rien pour les autres qui ont des difficultés.

Enfin, actuellement les formations tertiaires et industrielles sont mélangées. C’est fini. Les lycéens pourraient être tentés de choisir la formation la plus proche de chez eux. Et les classes pourraient regrouper lycéens et apprentis : pas les mêmes vacances, ni les mêmes rythmes, ni les mêmes revenus. C’est une logique comptable, pas pédagogique.

Pour le SNES-FSU c’est la préparation d’une école à deux vitesses : certains à un haut niveau, les autres au minimum : peu instruits, peu informés de leurs droits : de la chair à patrons. Il craint que beaucoup restent de côté et n’aient même pas le BEP qui est reconnu dans les conventions collectives et offre donc un salaire garanti.

Mardi 6 lycéens interpellés pour jets de projectiles à Brest dont 5 mineurs (14,15, 17, 17, 17) de Kerichen, Vauban, Dupuy-de-Lôme.

Mercredi : Landerneau : Blocus du lycée de l’Elorn (281 contre 12), les délégués profs (SUD, CGT) et élèves quittent le conseil d’administration. Les profs organisent une réunion pour les parents le 17 à 20h salle Municipale.