Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > Villes > Région parisienne > Bulletin Lycéen > 2008 > La Rougeole n°85 - 31 Mars 2008

La Rougeole n°85 - 31 Mars 2008

lundi 31 mars 2008, par Adrien

Le gouvernement prévoit toujours 11 700
suppressions de postes à la rentrée. Pour
certains lycées, c’est la supprression de plusieurs
postes de profs. D’où des classes surchargées,
des options suprimées, y compris
l’aide individualisée, des langues...

Pas plus de 25 élèves par classe !

Nous sommes déjà trop nombreux, près de
35 élèves par classe. Comment ferons-nous
pour avoir des conditions d’études convenables
quand nous serons 40, pour intervenir
en cours de langue par exemple ?

Avec un peu plus de moyens et d’embauches,
on pourrait diminuer le nombre d’élèves
par classe. Les profs n’auraient pas à faire
d’heures supplémentaires pour s’occuper
de nous... C’est le contraire de ce que veut
le gouvernement. Il préfère faire des cadeaux
fiscaux aux plus riches et faire des économies
sur le dos de la majorité.

Pas de lycées d’élite, ni de lycées poubelles !

Le rapport Pochard, sorti en janvier, prévoit
un changement important dans le financement
des lycées. L’argent sera attribué en
fonction des résultats, donc on aura d’un côté
les lycées bourrés d’options, qui permettront
aux élèves de faire des études longues et de
l’autre côté des lycées sans moyens, n’apprenant
que le minimum aux élèves, donnant
des diplômes dévalorisés. D’ailleurs, dans
les lycées pro, c’est le BEP qui est tout simplement
supprimé.

Un premier succès...

La journée d’action du mardi 18 Mars a été
très suivi puisqu’elle a regroupé 55% de grévistes
dans l’Education Nationale. La semaine
suivante, une manif a rassemblé plus de
10 000 personnes, surtout des lycéens.

Tous en grève !

Mais il ne suffit pas d’une manifestation pour
faire reculer le gouvernement.
Plusieurs lycées sont en grève un peu partout.
C’est le moment de forcer le gouvernement à
annuler toutes les suppressions.
Dans tous les quartiers, dans toutes les régions
prof et lycéens : tous en grève !