Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > Dossiers > Mobilisations de masse > Suppressions de postes/BEP 2008 > AGs et coordinations > Nouvelle période, nouvelle génération, nouveau parti !

Nouvelle période, nouvelle génération, nouveau parti !

Bilan de la réunion nationale jeunes NPA des 5-6 Avril

mercredi 9 avril 2008, par Antoine

Ce week-end, une réunion nationale des jeunes pour un nouveau parti anticapitaliste a eu lieu à Paris. Nous étions plus de 250 jeunes : militants des JCR, jeunes de la LCR et jeunes participants aux comités Nouveau Parti.
Plus de 30 villes étaient représentées : Agen, Aix-en-Provence, Amiens, Avignon, Auxerre, Bayonne, Beauvais, Blois, Bordeaux, Cahors, Chambéry, Dijon, Grenoble, La Rochelle, Le Mans, Lille, Limoges, Lyon, Metz, Montpellier, Nancy, Nantes, Pau, Région Parisienne, Reims, Rennes, Rouen, Tarbes, Toulon, Toulouse,Tours…

Discussions… et action !

La première discussion, « Quel nouveau parti voulons-nous construire ? » avec Olivier Besancenot, a surtout tourné autour de la question de l’engagement, du militantisme, de la nécessité que tous s’impliquent activement dans le processus…Les jeunes présents ont largement exprimé une volonté de ne pas en rester à des discussions abstraites, mais au contraire de lier la construction du nouveau parti à des luttes concrètes, à une efficacité dans l’action.

Nous avons immédiatement mis cela en pratique, en participant ensemble à la manifestation nationale pour la régularisation des sans-papiers. Ce premier cortège nombreux et dynamique des « jeunes pour un nouveau parti » laisse déjà entrevoir ce que pourra être la force de frappe du nouveau parti dans la jeunesse !

Dans la jeunesse, c’est parti !

Puis nous avons fait un premier état des lieux du processus dans la jeunesse. Il existe pour l’instant au moins 25 comités jeunes. Certains sont à l’échelle de villes entières, d’autres s’étant déjà subdivisés par fac, et aussi par lycées. Et de nombreux autres sont en cours de constitution. Il y a aussi de nombreux jeunes impliqués dans des comités de ville.

Les différents comités jeunes présents ont fait part de leurs expériences, de leurs activités, de leurs débats, de leurs réussites comme de leurs difficultés. Certains bilans étaient largement communs : l’existence d’un gros potentiel avec les mobilisations incessantes dans la jeunesse et en particulier avec les mobilisations lycéennes actuelles, le besoin de s’adresser à toute la jeunesse en construisant des comités sur chaque fac, lycée… Pour tous, l’enjeu principal était comment impliquer activement tous les jeunes qui participent aux comités, comment faire en sorte que les comités ne soient pas animés seulement par les JCR et les jeunes de la LCR, ni même seulement par ceux qui ont déjà une expérience militante.

Un Nouveau Parti pour mieux lutter

Puis nous nous sommes divisés en ateliers pour approfondir sur certains thèmes (Antiracisme, Féminisme, Internationalisme) et certains secteurs d’intervention (Facs, Lycées, Jeunes Travailleurs, Quartiers). Les discussions en plus petits groupes ont permis une plus grande participation et un échange plus direct sur les expériences locales. Les ateliers ont aussi permis de tisser des liens, de structurer le travail par secteur, et d’élaborer aussi bien sur des revendications que sur les activités concrètes des comités jeunes. L’atelier lycéen, en particulier, a permis de faire le point sur la mobilisation qui commence à s’étendre au delà de la Région Parisienne, et de se coordonner pour construire le mouvement de la manière la plus efficace.

Actualité de Mai 68

La dernière discussion de la journée a justement porté sur les 40 ans de Mai 68, et sur la nécessité de faire converger les différentes luttes actuelles dans un mouvement d’ensemble contre le gouvernement Sarkozy : un nouveau Mai 68 ! Daniel Bensaid a été ovationné, après avoir conclu que le nouveau parti ouvrait la possibilité de faire passer des milliers de jeunes de la révolte à la révolution !

Après toutes ces discussions, les plus endurants sont allés fêter ça ensemble, les autres allant recharger leurs batteries pour les débats du lendemain…

Sur l’autonomie de la jeunesse…

Dimanche, le débat sur la jeunesse a tourné en discussion entre partisans et opposants d’une certaine autonomie des jeunes au sein du Nouveau Parti. Avec, entre les deux, la majorité des participants qui se sentait un peu larguée… On peut regretter que le débat se soit posé dans ces termes-là et qu’il n’ait pas plus porté sur la combativité particulière qui existe chez les jeunes, sur le potentiel qu’ils représentent pour le Nouveau Parti, sur les comités jeunes... La leçon c’est que, sur cette question comme sur les autres, pour construire une organisation ensemble il faut d’abord faire ressortir les points communs plutôt que les divergences…

En avant !

Le bilan de cette réunion nationale, c’est que tout le monde ressent le besoin de se coordonner, de mutualiser les expériences, et de se doter d’outils pour cela. Les perspectives sont donc vraiment encourageantes : mise place d’une liste de discussion, d’un bulletin de liaison et d’un cadre national de coordination pour les comités jeunes et les jeunes des comités, et idée d’une nouvelle réunion nationale jeunes autour du mois d’octobre (en fonction du calendrier général qui sortira des Assises de juin). Bref : une réussite !

Gabriel Lafleur

Messages

  • D’Abdel et Véro militants NPA Avignon

    Bonjour,
    Nous vous faisons un compte rendu carrément subjectif de la réunion nationale des jeunes pour un Nouveau Parti qui s est déroulée le samedi 5 et dimanche 6 avril.

    Etait prévu au programme
    Quel Nouveau Parti voulons-nous construire ? (Avec Olivier Beancenot) ; 40 ans aprà¨s, vers un nouveau mai 68 ? (Avec Daniel Bensaà¯d) ; Bilans et perspectives des comités jeunes ; Spécificité et structuration de le jeunesse ; Ateliers thématiques et par secteur d’intervention.

    Au départ d’Avignon nous étions 8 : Réjane, Amin, Abdel, Jean, Yassine, Véro

    - Quel nouveau parti voulons nous construire ?
    Introduction d’OB (rien à dire on le connait !!!)
    Puis différentes interventions o๠la différence de rythme constatée à l’échelle nationale était bien présente, c’est à dire ceux qui veulent débattre du fond du programme et de l’idéal de l’alternative au capitalisme et ceux qui veulent agir immédiatement, s inscrire dans le cadre dynamique et appliquer les mesures d’urgence.
    On aurait pu croire à une réelle motivation (ca fait toujours ca aprés les interventions d OB mais...)

    - Bilans des comités jeunes

    Présentation des différentes actions, réunions, création de collectifs mises en place par les jeunes partout en France.
    Interessant de voir les stades d’avancement de chacun, mais beaucoup de répétition et aucune réponse apportée aux problà¨mes rencontrés.

    - Mai 68 Daniel Bensaid

    Nous ne reviendrons pas sur l évident apport et l intérêt de l analyse de Bensaid.
    Le débat aurait pu être beaucoup plus enrichissant, si les intervenants ne s’étaient pas contenté de donner leur point de vue sur mai 68 et la reproduction possible d un tel mouvement.
    Seulement 2 personnes ont posé des questions :
    Abdel voulant savoir si la conscience politique était plus importante à cette période, et voulant savoir si la réussite du capitalisme dans la pratique (ficeller les gens avec notamment les crédits) permettait d’espérer une nouvelle mobilisation du style gà¨ve générale ?
    Emilien sur la barbarie du capitalisme et sur l’appropriation des moyens de production.

    Au vu de la longueur des interventions sans intéret (moi je pense que...) Daniel Bensaid n’ a même pas pu répondre.


    - Spécificité et structuration de la Jeunesse

    Le débat s est uniquement accés sur l’indépendance et l autonomie des futurs JNPA.
    Aucune proposition de nomination de référent par exemple ou de commission spécifiques.
    S’entendre dire que l’oppression spécifique de la jeunesse (mes parents m empêchent de sortir aprà¨s 23h...) nécessite une indépendance totale c’est un peu fort de café.
    Nous sommes d’accord qu il y a une spécificité et que notamment les revendications des jeunes sont souvent mis en retrait (Ca te passera avec l’à¢ge...) et qu il est nécessaire d’échanger avec des personnes rencontrant le même style de difficulté. Mais de là à vouloir se démarquer complétement d’un Parti qui est pourtant le vecteur de ce rassemblement.??

    Ce genre de débat abstrait et obscur peut rebuter les non initiés.
    (Et nous avons pas le temps ni l’envie d’être initiés à ce type de contradictions....)


    - Ateliers

    Le seul moment o๠il était possible d’échanger idées et pratiques concrà¨tes sur des sujets bien définis, a été raccourci par manque de temps.
    Dans la commission à laquelle nous avons assisté sur les Quartiers, nous avons eu juste le temps d’échanger nos coordonées pour se transmettre le mini CR et continuer le débat.

    Cette rencontre aurait pu créer une réelle dynamique mais elle s est résumée à la reproduction des débats internes aux JCR-LCR sur la nécessité ou non de l’autonomie de la Jeunesse.
    Ce débat est bien évidemment prématuré dans le projet NPA.

    Les militants politiques que sont censés être les Jeunes CR n’ont pas fait des actions de communication et d’information sur les autres jeunes qui ne font pas parti de leur cercle de lycéen ou d’étudiant (soit notamment les jeunes travailleurs et les jeunes dits des quartiers populaires) qui sont sensibles au projet et encore moins identifier les besoins et attentes de ceux-ci.

    Le but du NPA, si nous avons bien compris, est de toucher toutes les couches sensibles au discours et aux mesures d’urgence présentées par la LCR, et de réunir sur des bases anticapitaliste toutes les forces volontaires pour militer et pour donner du poids à une traduction politique des différents combats.

    Pour cela il faut s en donner les moyens.
    Pour nous il s’agirait dans un 1er temps d’avoir la capacité de s’adapter aux interlocuteurs et d’avoir une réelle volonté d’écoute et de compréhension pour trouver des solutions en adéquation avec nos convictions (ne serait ce pas l’objectif d’ un militant politique ?)


    Pour cela il ne faut pas se contenter de recracher les tirades de Marx sur la différence entre la théorie et la pratique qu’ils viennent de lire afin de montrer qu’ils savent faire des phrases avec des mots de plus de 3 syllabes, et ne pas rester enfermé dans leur cercle élitiste ou ils se mettent eux même des barrià¨res, et aprés revendiquer le brassage culturel et social.
    L’urgence de l’échance doit primer sur les debats d’autonomie et de droit de tendances .
    Il faut se rappeler que l’objectif est de se regrouper, de profiter de la dynamique autour du message et de relayer le ras le bol de millions de personnes.
    L’objectif est d être actif et concret se le terrain, de créer des structures permettant d apporter de réelles solutions aux difficultés rencontrées partout, par tous, afin de politiser le plus grand nombre.
    En temps que nouveaux arrivants au sein d’une organisation politique, nous aurions pu être dégoutés et freinés dans notre engagement au sein du NPA en constatant le travail énorme qu il reste à effectuer déja au sein même de l’organisation.
    Mais on lachera rien car nous croyons en ce projet et nous osons espérer en sa réussite.

    Il y a bien évidemment des points positifs : des rencontres individuelles de grande qualité, la présence de réelles forces d’actions, une radicalité nécessaire au dynamisme.... (une nuit dans un bus et une autre à 200 dans un gymnase !!!)
    En espérant que les prochaines rencontres soient plus structurées (ok je devance : le bordel c le propre de la jeunesse !!! et peut etre meme du NPA :-)))).

    Abdel et Véro

    Cela serait bien si les jeunes avignonnais qui étaient également présents nous livrent également leur ressenti, pour nuancer notre avis.
    Merci à Thomas de leur transférer le CR

    Voir en ligne : http://www.anticapitaliste.org/