Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > Dossiers > Mobilisations de masse > Suppressions de postes/BEP 2008 > Matériel de mobilisation > Fiche technique sur le déroulement d’une AG

Fiche technique sur le déroulement d’une AG

vendredi 25 avril 2008, par Adrien

L’AG doit être le lieu le plus démocratique. C’est là que toutes les décisions se prennent, pas seulement le blocage.

C’est un mode supérieur au vote à bulletin secret où l’on se contente de répondre OUI ou NON à une question (par exemple : « pour ou contre le blocage »).

On commence par exposer pourquoi on se bat, puis on voit les moyens d’action. Chacun peut proposer des revendications (nationales ou locales, en termes de conditions d’études ou de droits démocratiques concernant la mobilisation) et des moyens d’action.

Concrètement

Pour que chacun puisse s’exprimer et participer au débat, il faut une tribune (ou une présidence) qui se charge de distribuer la parole et d’organiser la discussion et les votes (donc de récapituler les propositions au moment des votes).

Ordre du jour, introductions et listes d’inscrits

Le moyen le plus démocratique pour que chacun s’approprie le débat est de répartir le temps de l’AG en trois parties (ou plus) :

1. Pourquoi on se bat
2. Perspectives d’action
3. Votes

Il faut que quelqu’un introduise chaque point ; pour le premier voir argumentaire « revendications » ; pour le deuxième point, se renseigner sur les échéances (manifs prévues) et être en lien avec les bahuts du coin qu’on peut aller débrayer ou qui peuvent venir au lycée en partant à la manif ; pour le troisième, être attentif et notre toutes les propositions à soumettre au vote.

Pour que le débat ait lieu dans les meilleures conditions, le mieux est de prendre une liste d’inscrit. Chaque élève qui souhaite prendre la parole lève la main et la tribune l’inscrit sur une liste. Elle distribue la parole dans l’ordre dans lequel chacun a levé la main. Si trop de monde s’inscrit, elle peut proposer de limiter les interventions à deux ou trois minutes. Pour éviter d’exploser le temps de l’AG, il faut minuter chaque point (exemple : 30 minutes sur les revendications, 20 minutes sur les perspectives, 10 minutes pour les votes…). Lorsqu’il y a beaucoup d’inscrit, il faut annoncer une « liste de clôture », c’est-à-dire qu’on dit au début d’une intervention que les derniers qui veulent parler peuvent lever la main pendant la prochaine intervention ; après, la liste sera close et il ne sera plus possible de s’inscrire. Quand l’intervention est finie, il faut récapituler la liste d’inscrits pour vérifier qu’on n’a oublié personne.

Votes

A la fin des débats, la tribune doit avoir noté les propositions de votes et les avoir réparties en deux catégories : revendications et moyens d’action.

Exemple : quelqu’un a proposé « Restitution des 11000 postes » et quelqu’un d’autre a proposé « participation à la manif de tel jour à Paris ». On commence par voter sur les revendications, puisque c’est seulement si on est d’accord sur les objectifs qu’on peut décider d’agir ensemble.

Cela est mieux qu’un référendum « OUI » - « NON » car une fois qu’on est d’accord sur des revendications, on doit poser la question de « Comment » : on ne répond pas à ça par Oui ou Non, mais en discutant et en élaborant.

Il y a deux types de votes :

Les votes « Pour » ou « Contre » : exemple, quelqu’un propose de participer à une manif.

On peut voter Pour, Contre ou s’abstenir (cela veut dire qu’on se range à l’avis majoritaire) ou Ne pas prendre part au vote (cela veut dire qu’on pense que le vote n’a pas lieu d’être : si c’est NPPV qui est majoritaire, le vote est repoussé à la prochaine AG).

Donc, concrètement, la tribune annonce le vote puis demande « qui est pour ? », « qui est contre ? », « qui s’abstient ? », « qui ne prend pas part au vote ». Pour compter les voix, il faut des gens d’opinions différentes, afin qu’il n’y ait pas de contestation des résultats.

Les votes « alternatifs » : exemple, quelqu’un propose de participer à la manif de l’après-midi et quelqu’un propose de rester occuper le lycée toute la journée.

On ne peut pas voter pour les deux, donc il faut soumettre les propositions l’une contre l’autre.

Concrètement, la tribune annonce les deux (ou trois ou plus) propositions puis demande « Qui vote pour la proposition 1 ? », « qui vote pour la proposition 2 », », « qui s’abstient ? », « qui ne prend pas part au vote ».

Un troisième type de vote existe : les élections de délégations.

On peut élire des délégations pour plusieurs choses (rencontrer l’administration, se rendre à une AG de profs, se rendre à une coordination avec d’autres lycées) ; dans ce cas, il faut avoir voté le principe de l’envoi de ces délégations dans les moyens d’action.

On procède à leur élection à la toute fin, puisque les délégations auront un mandat : ce qui a été voté par l’AG.

Il faut déterminer combien de personnes participent à cette délégation ; s’il y a autant de candidats que de places, on fait un vote global sur l’ensemble de la délégation (mais on peut s’opposer à ce qu’une personne y participe, par exemple si un anti-grève veut aller rencontrer l’administration !). S’il y a plus de candidats, il faut procéder à un vote personne par personne. Les premières en nombre de voix sont élues dans la délégation.