Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > RED > 2008 > RED Lycées > RED Lycées n°1 : 28 avril - 5 mai > RED Lycées n°1 : 28 avril - 5 mai

RED Lycées n°1 : 28 avril - 5 mai

lundi 28 avril 2008, par Bureau national

Encore une fois, Sarkozy a été affligeant à la télé : complètement sur la défensive, il n’a justifié sa politique que par la
situation internationale, et n’a reconnu que des erreurs de « communication »... Mais en s’opposant à toutes les revendications
de la jeunesse et des travailleurs (emploi, éducation, santé, salaires, sans-papiers…) il est apparu pour ce qu’il
est : le président des patrons et des réformes réactionnaires !

Face à la crise économique, la politique de Sarkozy et du MEDEF est simple : en faire payer les frais aux jeunes et aux travailleurs,
en cassant le Code du travail, l’Education, les services publics... Alors que les entreprises françaises n’ont jamais
fait autant de bénéfices... Pourquoi ne pas les taxer pour financer les besoins sociaux de la majorité de la population ?
Parce que Sarkozy est là pour défendre les profiteurs ! Avec toutes ces richesses, créées par notre travail, on pourrait tous
avoir des augmentations de salaires et travailler moins longtemps. Mais ? Mais le MEDEF défend ses profits... Et Sarkozy
défend le MEDEF !

Et on ne peut pas faire confiance au PS pour proposer autre chose : il ne conteste pas les réformes, et ce n’était pas
beaucoup mieux quand il était au pouvoir (suppressions de postes, lois anti-immigrés, casse de la Sécu, privatisations...). On
ne peut compter que sur nous-mêmes, sur nos luttes. Parce que quatre ans de plus avec Sarko au pouvoir ? Y a pas moyen !
Si on veut sortir la tête de l’eau, défendre notre éducation et ne pas être précaires toute notre vie, il faudra s’affronter avec eux.
Aujourd’hui c’est à nous, lycéens, d’entraîner le reste de la population, pour virer Sarkozy, son gouvernement et sa politique !

Ça commence par réussir les prochaines dates de mobilisation lycéennes, et la journée interprofessionnelle du 15 mai ! Et ça passe
aussi par la construction d’un nouvel outil politique, pour mieux lutter : un nouveau parti anticapitaliste ! Ça dépend de chacun
d’entre nous...