Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > RED > 2008 > RED 92 - Mai 2008 > Actualité > Les jeunes unis contre la précarité

Les jeunes unis contre la précarité

mercredi 30 avril 2008, par Adrien

Cela fait de nombreuses années que les différents gouvernements, de droite comme de gauche, veulent « flexibiliser » le marché de travail. Une véritable politique de précarisation généralisée est mise en place et frappe en particulier les nouveaux entrants sur le marché du travail, les jeunes.

« Modernisation du marché du travail »

Dernière attaque en date, la loi dite de « modernisation du marché du travail » a été scellée par un accord entre le patronat et quatre syndicats dits « représentatifs » (CFDT, FO, CFTC, CGC). Seule la CGT n’a pas signé l’accord, sans pour autant avoir la volonté de mobiliser contre.

La loi allonge la période d’essai, permet à l’employeur de modifier unilatéralement le contrat de travail, crée un nouveau contrat précaire dit « CDD de projet » et met en place la « séparation à l’amiable » qui permettra à un patron de profiter de son pouvoir supérieur pour obliger un employé à démissionner.

Malgré tout, un collectif s’est mis en place contre cet accord et ce projet de loi réunissant largement les associations de chômeurs et précaires, les syndicats n’ayant pas signé l’accord et des organisations étudiantes. Les jeunes ont eu un grand rôle dans cette dynamique et un appel jeune contre le projet de loi a été préparé dans le cadre du collectif et signé par plusieurs organisations dont les JCR. Un meeting à la Bourse du travail à Paris a rassemblé près de 200 personnes dont beaucoup de jeunes et un rassemblement a eu lieu devant l’Assemblée Nationale le jour où la loi y a été votée. Cela n’a pas été suffisant pour empêcher l’adoption de la loi mais la lutte n’est pas finie avec de nouvelles actions prévues lors de son passage au Sénat.

Un cadre permanent de mobilisation

Cette attaque figure dans une série de réformes qui vont plonger le monde du travail dans la précarité absolue. La seule façon d’empêcher la continuation de cette offensive sera la mobilisation la plus large possible.

C’est pour cela que les organisations de jeunesse ont décidé de créer un collectif « Jeunes unis contre la précarité » qui regroupe très largement (MJS, JC, Jeunes Verts, JCR, JRG, CGT-Jeunes, SUD-Etudiant, Génération précaire, etc.).

Alors que la loi sur la « modernisation du marché du travail » sera adoptée en juin, une nouvelle attaque se profile déjà avec les « négociations » sur l’assurance-chômage (UNEDIC) qui s’ouvre le 6 mai. D’ores et déjà le collectif a décidé de mobiliser sur cette question pour empêcher le patronat d’imposer son projet qui consiste à faire accepter n’importe quel emploi à un chômeur et le priver de revenu. Alors que les milliards de profits s’accumulent pour une minorité, il leur en faut toujours plus. Obligeant les chômeurs et précaires à accepter des conditions de vies de plus en plus odieuses.

Molinier, [Argenteuil]