Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > RED > 2008 > RED 92 - Mai 2008 > Nouveau Parti > Interview de Céline, du comité NPA du lycée agricole d’Auzeville (...)

Interview de Céline, du comité NPA du lycée agricole d’Auzeville (31)

mercredi 30 avril 2008, par Adrien

RED : Avant de participer au comité NPA sur ton lycée, étais-tu déjà dans une organisation ?

Céline : Non, je n’ai jamais fait le pas, mais j’avais une opinion politique et un avis critique sur tout ce qui se passe en ce moment. Je ne me reconnaissais pas entièrement dans les organisations politiques. Par contre, je participais aux différentes luttes lycéennes.

RED : Pourquoi as-tu fait le choix de participer au processus de création du nouveau parti ?

Céline : Pour moi, il y a un réel problème dans notre société. Les profits des uns explosent pendant que la jeunesse se précarise, les catastrophes écologiques se multiplient… J’ai conscience qu’il faut changer les choses, c’est pour cela que je m’investis dans les luttes. Je n’avais jamais milité dans une organisation politique, et je pense qu’il manque aujourd’hui cet outil pour que nous luttions tous ensemble. Si je participe au comité sur mon lycée, c’est pour être présente dans la création de ce nouveau parti qui pourrait nous permettre d’avoir une vision plus globale des attaques que l’on subit, dans l’Éducation par exemple.

RED : Pour toi, quel est le rôle de ce comité ?

Céline : Il doit être le cadre de réflexions sur de nombreux sujets tels que le féminisme, l’écologie, l’antiracisme… Il y a aussi un enjeu démocratique : dans nos lycées, il doit nous permettre de donner notre avis et de montrer que les lycéens aussi peuvent avoir et affirmer une opinion. Il faut que l’on réfléchisse à comment être visible sur notre bahut, en rédigeant des tracts par exemple, même si leur impact est limité.

Le Nouveau Parti Anticapitaliste doit être un outil pour les luttes. Même s’il ne doit pas se substituer à un comité de lutte plus large, il faut qu’il y ait cette force pour montrer que ce ne sont pas des attaques isolées, mais qu’elles s’inscrivent dans des enjeux politiques plus généraux.

Cela permet aussi de politiser les lycéennes et lycéens, en ayant aussi une apparition politique en dehors des mobilisations.

RED : Quelle activité politique avez-vous déjà mené dans votre comité ?

Céline : Avant la mobilisation lycéenne, on voulait travailler sur des thèmes précis. Comme nous sommes dans un lycée agricole, l’écologie nous intéressait un peu tous. Maintenant que nous sommes en pleine mobilisation, nous avons déjà rédigé un tract NPA pour appeler à une manif, et nous comptons faire pareil à la rentrée, en mettant au verso ce qu’il sera ressorti de nos discussions sur l’écologie.

RED : Quelles suites donnes-tu à ton comité en terme d’organisation et de structuration ?

Céline : On a déjà commencé à se réunir avec les autres comités présents sur la ville. Il faut que l’on continue dans cette voie.

Il faudrait aussi qu’on travaille plus avec les comités proches du nôtre, avec pourquoi pas l’élaboration de tracts en commun avec les étudiants.

On a aussi commencé à parler entre nous de la question de la jeunesse. Pour moi, il est important qu’il y ait une organisation « jeune » pour répondre aux problèmes spécifiques, une organisation qui restera forcément liée au parti.

Propos recueillis par Florian, [Toulouse]