Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > Actualité > Bulletin national > Pour gagner il faut s’unir !

Pour gagner il faut s’unir !

mercredi 28 mai 2008, par Adrien

En quatre ans, les lycées ont connu quatre mobilisations : contre la loi Fillon en 2005, contre le CPE en 2006, contre la LRU à l’automne 2007 et contre les suppressions des postes et des BEP au printemps 2008. Même si ce mouvement n’a pas gagné, des dizaines de milliers de lycéens ont fait l’expérience d’un mouvement. Pour certains, c’était la première fois qu’ils bloquaient leur bahut, qu’ils organisaient des AG, des départs en manif, des cortèges… Cette expérience va être précieuse dans les mois et années à venir. Car c’est dès la rentrée qu’il va falloir reprendre la lutte pour sauver les 80 000 postes qui doivent être supprimés d’ici cinq ans et empêcher la mise en place du bac pro en trois ans. Dans les facs, il va falloir empêcher la mise en place de facs d’élite et de facs poubelles avec l’ « Opération campus » qui prévoit de créer dix « pôles d’excellence ».

Les luttes continuent !

Les lycéens, les profs et les étudiants ne sont pas les seuls à se battre. Depuis l’automne dernier, on voit une succession presque ininterrompue de luttes. Des cheminots aux marins-pécheurs en passant par les travailleurs sans-papiers et les caissières de supermarché, ceux qui s’en prennent plein la gueule depuis des années commencent à relever la tête !

Jeudi dernier, ce sont plus de 700 000 personnes, salariés du public et du privé, lycéens, étudiants, chômeurs, retraités, qui se sont mobilisées dans toute la France pour les retraites. Sarko dit qu’il n’y a pas le choix, qu’il faut forcément travailler plus longtemps pour gagner… Même pas plus !

En fait, le pseudo trou de la caisse de retraites est bien inférieur aux 15 milliards que Sarko a offert aux plus riches l’été dernier ! En fait, si tout le monde avait un emploi, et pas précaire, il y aurait suffisamment de cotisants pour maintenir le système des retraites. Si on n’exonérait pas de charges les grandes entreprises, on pourrait tous travailler moins longtemps, revenir à 37,5 annuités de cotisation et partir à 60 ans maximum. Si on prenait sur les profits des entreprises, on pourrait tous gagner plus…

C’est la société qu’il faut changer !

C’est une logique différente de celle des capitalistes qu’il faut imposer. Pour cela, on ne peut compter que sur nos propres forces. Ce qu’il faut, c’est un mouvement de l’ensemble des jeunes et des travailleurs, une grève générale qui ferait plier n’importe quel gouvernement !

Alors pour construire ce mouvement, nous avons besoin d’outils. Le premier serait un parti anticapitaliste, présent dans un maximum de régions, de facs, de lycées et de boites, qui permettrait de coordonner tous ceux qui veulent lutter contre ce système. C’est pour cela que nous devons tous nous organiser sur nos lieux de travail ou d’études. Et nous devons discuter avec tous ceux qui se sont mobilisés ou qui veulent lutter pour tirer les bilans des mobilisations et préparer les suites.

Sarkozy n’a jamais été aussi impopulaire, agissons tous ensemble pour le faire tomber !