Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > RED > 2008 > RED n°93 - Eté 2008 > Der > Présentation du Parti Révolutionnaire des Travailleurs - Mindanao

Présentation du Parti Révolutionnaire des Travailleurs - Mindanao

Section philipinne de la IV° Internationale

dimanche 8 juin 2008, par Adrien

Actuellement, de grandes
manifestations ont lieu
aux Philippines, comme
dans une quarantaine
d’autres pays pauvres,
contre le coût de la vie et l’augmentation des
prix. Des militants philippins seront présents
aux Rencontres internationales de jeunes fin
juillet. Ce sera l’occasion de leur manifester
notre solidarité.

Contexte

Les Philippines sont un archipel de 7 000
îles et 90 millions d’habitants.
Ancienne colonie espagnole puis étasunienne,
indépendante depuis 1946, c’est
un des pays les plus pauvres et dominés
de la planète : 70 % de la population est
paysanne, 40 % du budget de l’État part
dans le paiement de la dette, les inégalités
sociales et la misère y atteignent des
sommets.

Plusieurs millions de Philippins sont
pour cette raison installés dans d’autres
pays, un peu partout dans le monde.
Malgré des apparences de démocratie,
c’est un régime militaire, à la botte des
États-Unis, qui y maintiennent des milliers
de soldats, au nom de la lutte contre le
terrorisme.

Le RPM-Mindanao

Le RPM-Mindanao
a
été créé le
1er mai 2001
et est membre
de la IVe
Internationale
depuis 2003.
Il est issu
d’une scission,
en 1993, au
sein du Parti
C o m mu n i s te
des Philippines,
parti mao-stalinien.

Les conditions
de militantisme aux Philippines sont
extrêmement difficiles. En plus de la violence
du gouvernement et de l’armée, nos
camarades, qui sont clandestins, doivent
faire face à la présence de l’armée étasunienne,
aux propriétaires terriens qui n’hésitent
pas à commettre des assassinats
et au Parti Communiste, qui depuis 2002
a décrété que toutes les autres organisations
de gauche étaient des contre-révolutionnaires
et des ennemis à abattre. Trois
militants du RPM-M ont été tués.

C’est pourquoi le parti s’est armé et a mis
sur pieds une organisation politico-militaire
d’autodéfense, l’Armée Révolutionnaire
Populaire.

Militer aux Philippines

Une partie de l’activité du parti se déroule
sous le couvert d’ONG, comme la présence
aux élections municipales et le militantisme
urbain auprès des travailleurs et des
précaires.

Les camarades animent plusieurs fronts
unitaires de lutte. Il s’agit de la lutte
contre les multinationales qui pillent les
richesses, détruisent l’environnement et
expulsent les paysans de leurs terres. Ils
mènent une politique d’unité des trois
peuples de Mindanao : Lumad (indigènes),
Bangsamoro (indigènes musulmans)
et Catholiques descendants des colons
espagnols. Le RPM-M défend l’autodétermination
de ces peuples. Il participe également
aux mouvements LGBT, féministe,
aux luttes de solidarité avec les travailleurs
philippins exilés partout dans le monde et
anime l’AKMK, une alliance de diverses
organisations de jeunesse, pour la paix,
la défense de l’environnement et la justice
sociale. Le RPM-M a une organisation de
jeunesse en son sein.

Les discussions que l’on peut avoir avec
ces camarades lors des RIJ sont toujours
parmi les plus enrichissantes : n’est-il pas
passionnant de discuter avec des révolutionnaires
qui militent clandestinement et
les armes à la main ? Nous avons besoin
de leur savoir et ils ont besoin de notre
solidarité !

Yoann, [Nanterre]