Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > RED > 2008 > RED n°93 - Eté 2008 > Kultur > Marche des fiertés LGBT

Sexualité

Marche des fiertés LGBT

dimanche 8 juin 2008, par Adrien

Depuis 1981, un an avant la dépénalisation de l’homosexualité en France, la marche des fiertés LGBT a lieu chaque année dans l’hexagone. La visibilité des LGBT augmente. C’est ce qui permet d’obtenir des droits.

Il existe des préjugés contre la Marche des fiertés. Elle serait trop commerciale ou festive. Pire, elle serait caricaturale. Et on ne comprend pas toujours les raisons qu’il y aurait à être fier de sa sexualité. Mais dans une société où être un « pédé », une « gouine », une « tapette », un « garçon manqué » est une honte dès l’enfance, affirmer cette identité est une manière de mener la lutte pour les droits et l’émancipation. Et cette visibilité provocatrice est une manière de choquer la morale bien pensante, de faire se questionner ceux qui se demandent encore si les LGBT ne sont pas des malades au comportement « contre-nature ».

Cette année, la marche parisienne a pour thème « Pour une école sans AUCUNE discrimination ! » Ce mot d’ordre est juste, car au-delà des droits, c’est aux bases idéologiques de l’homophobie qu’il faut s’attaquer. L’Éducation, avec la famille, est un des principaux lieux d’apprentissages des normes et des préjugés qui font que les LGBT sont rejetés, qu’ils se dévalorisent eux-mêmes. La première cause de suicide chez les 15-25 ans est la découverte de son homosexualité.

Cependant, il ne suffit pas de discours bien pensants dans les écoles pour faire avancer les droits des LGBT. L’État ne reconnaît toujours pas l’égalité des droits entre homos et hétéros, il considère toujours les trans comme des malades mentaux. Rien qu’en cela, il légitime les violences faites aux LGBT, y compris les agressions physiques qui ont lieu presque quotidiennement. Peut-on donc faire confiance à l’école de la République française et aux ministres UMP pour faire reculer les préjugés dans les consciences ?

Nous devons continuer à revendiquer l’égalité totale : droit au mariage, à la parentalité… Les trans doivent pouvoir changer d’identité et être opérés dans de bonnes conditions. Pour tous les jeunes LGBT, nous demandons l’ouverture de centres d’accueil, autogérés par les associations d’écoute et d’entraide.

C’est pour faire avancer ces revendications que nous devons tous et toutes participer aux marches qui ont lieu dans les principales villes de France !

JB, [Nanterre]