Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > RED > 2008 > RED n°93 - Eté 2008 > NPA > Le nouveau parti, c’est parti !

Etat des lieux national du processus dans la jeunesse

Le nouveau parti, c’est parti !

dimanche 8 juin 2008, par Adrien

La réunion de la direction nationale de la LCR des 17 et 18 mai et la réunion de coordination nationale des comités jeunes du 31 mai ont permis de faire le point plus précis sur l’avancement du processus de constitution du nouveau parti anticapitaliste (NPA).

Sur l’ensemble des villes et des régions, on peut considérer qu’il existe environ 250 comités, avec au moins une centaine d’autres en construction ainsi qu’une série de villes et de départements où l’activité NPA a commencé sans qu’il y ait encore réellement de comités en construction. Parmi ces comités, on dénombre plus de 40 comités jeunes, le plus souvent autour de facs ou de lycées. La plupart des autres comités sont constitués sur une base géographique cependant, de plus en plus de comités se constituent en vue de structurer l’intervention dans un secteur (comité NPA de postiers par exemple…). On estime entre 6000 et 9000 le nombre de gens qui participent au processus du nouveau parti.

Un processus qui rencontre un écho important, en particulier dans la jeunesse

Maintenant c’est évident que l’idée de construire une nouvelle organisation pour renverser le système capitaliste rencontre un réel écho notamment dans la jeunesse. Dans des centaines de villes, des milliers de gens qui ont participé aux luttes de ces dernières années, qui en ont ras le bol de cette société, discutent de la construction d’un nouveau parti. La taille des comités reste assez variable, allant de quelques personnes à plusieurs dizaines, mais le processus s’étend. Avec le mouvement lycéen, plusieurs comités commencent à se monter sur les lycées, il existe un potentiel pour en monter de nombreux autres. Face à un gouvernement qui refuse de céder devant des mobilisations d’ampleur, ça devient clair pour beaucoup d’entre nous qu’il faudra s’organiser sur la durée pour pouvoir riposter.

Coordination nationale des comités jeunes du 31 mai

Le samedi 31 mai, s’est tenue une réunion de coordination nationale des jeunes pour le nouveau parti. Elle a rassemblé des représentants des comités de Toulouse, Bordeaux, Grenoble, Clermont-Ferrand, Lille, Le Mans, Nancy, Rennes et plusieurs comités de fac et de lycées de la région parisienne.

Cette réunion a permis de faire le point sur l’avancement du processus dans la jeunesse mais aussi sur les difficultés rencontrées.

Dans plusieurs villes, les comités ont joué un rôle actif dans le mouvement lycéen en distribuant des tracts, en débrayant des lycées et même en appelant à des manifestations. Tous les comités commencent à être de réels outils pour organiser la lutte. Plusieurs ont mené de l’activité pour soutenir la grève des travailleurs sans-papiers ou encore, comme à Nanterre, où les comités militent pour empêcher l’installation du siège du Front National.

Les comités commencent aussi à se structurer dans plusieurs villes et font ainsi des pas vers la construction d’une réelle organisation. À Bordeaux ou à Toulouse des AG de tous les comités jeunes de la ville sont organisées de manière régulière. Des bulletins, des tracts ou des affiches commencent à être élaborés.

Lors de cette réunion nous avons aussi discuté de la préparation de la réunion nationale de l’ensemble des comités pour le nouveau parti qui se tiendra les 28 et 29 juin. Nous avons évoqué l’idée de ressortir de cette réunion avec une campagne militante pour l’ensemble des comités jeunes, d’un bulletin de liaison de l’ensemble de comités jeunes.

Une équipe de travail a été mise en place pour préparer une synthèse du processus dans la jeunesse pour la conférence nationale de juin et pour préparer la mobilisation de tous les comités jeunes.

Consolider, amplifier le processus

En attendant juin, il faut renforcer le processus. Il faut continuer à construire des comités dans un maximum d’endroits, notamment sur les lycées en profitant de l’expérience toute fraîche du mouvement lycéen. Nous devons plus échanger nos expériences entre les différents comités pour généraliser ce qui a le mieux marché.

Nous devons chercher à plus tourner les comités vers l’extérieur pour gagner encore plus de gens à l’idée de construire un nouveau. Nous devons organiser des réunions publiques ou des meetings partout où cela est possible. Pour que des nouveaux s’impliquent au quotidien, il faut aussi que nos comités deviennent de véritables outils pour les luttes. Notre objectif est de mettre en grève les facs et les lycées à la rentrée prochaine. Nous devons discuter de comment les comités pour un nouveau parti seront un outil pour ça.

Nous devons renforcer notre structuration en organisant des réunions de comité régulières, des AG pour coordonner les comités d’une même ville, des bulletins de liaison…
En avant vers un nouveau parti pour renverser cette société !

Mathilde et Dimitri, [Nanterre]