Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > RED > 2008 > RED 94 - Octobre 2008 > NPA > Jeunes, rentrée et NPA

Jeunes, rentrée et NPA

samedi 25 octobre 2008, par Adrien

Cette année encore, la jeunesse
n’est pas épargnée
par la politique de Nicolas
Sarkozy et de son gouvernement.
Xavier Darcos en première
ligne, la droite continue sur sa lancée
destructrice et ne fait pas de quartier : ni les
lycéens, ni les jeunes travailleurs, ni les étudiants
n’y échapperont. Les suppressions de
postes, la refonte totale du lycée en un système
clairement à deux vitesses, le déremboursement
des médicaments, l’augmentation
incessante des temps partiels, stages,
apprentissages et formations en alternance,
le Plan réussite en licence (qui professionnalise
les diplômes), la réforme (ou suppression)
des IUFM, l’opération Campus... Sont
autant d’atteintes directes ou indirectes à
ce qui nous préoccupe toutes et tous : nos
conditions de vie, immédiates et futures. En
cassant nos diplômes, en nous mettant à la
merci des patrons, Sarkozy réinvente chaque
jour le prolétariat de demain : nous !
Résister tous ensemble
Face à cela, comme toujours, l’indifférence,
surtout celle de la « gauche » parlementaire,
règne. Tous hochent la tête lorsqu’on
leur vante les mérites d’une Éducation
marchandisée, d’une jeunesse exploitée,
d’un lycée inexistant... Ces messieursdames
de l’Assemblée ont bien compris
qu’ils auront les moyens, eux, d’envoyer
leurs enfants dans des lycées et des facultés
d’élite, de leur éviter la galère parmi
les intérimaires, pendant que l’immense
majorité n’aura droit qu’à quelques miettes
d’ « éducation » professionalisante. La
gauche ralliée à l’économie de marché ne
nous défend pas, elle nous brade !
La seule solution, c’est de se battre.
Notre terrain n’est pas le velours des sièges
de l’Assemblée mais le béton de nos
lycées, de nos facs, de nos usines et de
nos rues. Lorsque les jeunes bougent, quoi
qu’en dise Sarko, cela se sait, cela se sent,
et cela donne confiance à l’ensemble des
salariés. Ce sont nos usines, nos facs, nos
lycées, pas ceux du MEDEF ! Les jeunes du
NPA se mobilisent déjà sur ces questions
à travers un tract 4 pages qui a été envoyé
à l’ensemble de comités jeunes, une base
de départ pour un travail militant d’information
d’abord, puis d’action. Darcos et
ses amis rêvent d’une rentrée tranquille,
mais la réalité est toute autre. La révolte
ne s’est pas évaporée durant les vacances,
elle est toujours là, bien présente. Cette
année aussi, ça va péter, et nous n’y serons
pas pour rien !
Préparer la riposte !
Dès maintenant, dans les facs, les lieux
de travail et d’apprentissage, dans les
lycées, il faut informer au mieux les jeunes
du désastre qui les attend, de la bataille
qu’il faut mener. Notre cas n’est pas isolé,
ce n’est qu’un pan gigantesque de l’entreprise
globale de la droite : détruire tout
ce qui s’oppose aux profits, menacés par
la crise économique. Les bourgeois sont
effrayés. Ne les laissons pas se rassurer sur
notre dos ! Face à l’ampleur et au nombre
des attaques, la seule solution est une
mobilisation de masse pour faire reculer
le gouvernement.
Le meilleur moyen de contrer durablement
la droite est simple : s’organiser.
Cette rentrée est aussi la première du NPA,
qui doit se concrétiser en janvier par sa
fondation. C’est un moment capital pour
notre mouvement. Face au délire capitaliste
qu’incarne Sarkozy, la solution ne se
trouve ni à l’Assemblée, ni dans l’économie
de marché. De plus en plus de jeunes le
sentent et le comprennent.
C’est à nous de les convaincre que s’organiser
est le seul moyen de changer le
monde. C’est dans la lutte que les comités
se sont créés et se créent. C’est pour et
par la lutte qu’ils ont grandi et grandissent.
Réussir une rentrée résolument militante
est la garantie d’un parti fort et militant.
Cette rentrée a donc un double enjeu, elle
sera déterminante. Sa réussite ne dépend
que de nous et de ceux que nous convaincrons.
Travailleurs futurs et présents,
unissons-nous !