Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > RED > 2008 > RED 94 - Octobre 2008 > Jeunes Travailleurs > Augmentation générale des salaires, 1500 € net pour tous !

Augmentation générale des salaires, 1500 € net pour tous !

samedi 25 octobre 2008, par Adrien

C’est la crise ? Oui mais pour
qui ?
A la télé, dans les journaux
et dans la propagande
gouvernementale, on
nous répète sans cesse que c’est la crise,
que l’économie va mal, et qu’il faut donc
se serrer la ceinture en attendant des jours
meilleurs, ou alors accepter de « travailler
plus pour gagner plus. »
La réalité, c’est que si crise il y a, c’est
toujours les mêmes, les travailleurs, les
femmes, les jeunes et les immigrés qui
doivent en supporter les coûts. Et ce alors
que les profits des entreprises et des
grands groupes capitalistes battent chaque
année des records, et que l’accumulation
de richesses dans les mains de 5
% de la population n’a jamais été aussi
indécente.
Les travailleurs
triment…
La crise
actuelle, nous la
payons à travers
l’augmentation
démentielle des
prix (10 % d’inflation
moyenne
en 1 an) et la stagnation
sans fin
(de fait la baisse)
des salaires.
Se soigner, se
loger, payer ses
transports et
sa bouffe, avoir
accès à la culture
et aux loisirs...
Devient un
calvaire pour la
grande majorité de la population. Un tiers
des pauvres de ce pays sont des salariés,
dont 80% de femmes. Il est de plus en
plus compliqué de vivre avec des salaires
plafonnant à 1000 euros par mois pour un
travail à plein temps, quand les loyers sont
de 700 euros dans les grandes villes. Et
ce en prenant en compte les millions de
chômeurs, RMIstes, temps partiels, intérim
et autres contrats bidons, jeunes sans
ressource, retraités…
...Aux patrons de payer !
La seule solution que nous proposent
Sarko et ses sbires, c’est l’augmentation
soi-disant volontaire du temps de travail,
qui depuis un an s’est révélée pour ce
qu’elle est : une vaste farce, qui se résume
à travailler plus pour gagner moins... Enfin,
pour ceux qui ont du travail ! Car à l’autre
bout de l’échelle les chômeurs sont culpabilisés
et laissés sans le sou s’ils n’acceptent
pas un job de merde à 2h00 de
route de chez eux. Et en plus, comme ils
ne sont jamais à court de bonnes idées, ils
préparent une attaque d’ampleur contre le
SMIC : désindexer son montant de l’inflation
et le calculer sur une base annuelle,
en incluant les primes dans le versement.
Gare à ceux qui sur une année auront
connu des périodes de chômage ou sans
prime !
Des réponses bidons...
Quant aux réponses de la gauche poubelle
(PS,PCF et Verdâtres), on les connaît
 : attendre 2012 et un bon gouvernement
de gauche, qui mènera la même
politique, mais attention, de gauche, donc
« ça sera différent » ! Sinon, il reste toujours
l’attitude des directions syndicales,
qui nous baladent de journées d’action en
manif traines-savates et ne parlent que de
dialogue social, comme s’il y avait quelque
chose à discuter avec Sarko et Parisot…
...Et les nôtres
Non, décidément, contre tous ces connards,
il n’y a pas 36 solutions pour arracher
une augmentation générale des salaires
et des minima sociaux, qui nous permettrait
d’enfin vivre correctement et de
ne plus perdre notre vie à la gagner : c’est
par la mobilisation, la grève et en foutant
le bordel, dans l’unité la plus large mais
sans compromis, qu’on obtiendra satisfaction.
Comme en 68, où la plus grande
grève générale de l’Histoire a permis 30 %
d’augmentation générale.
Et parce que se battre sur des revendications
est nécessaire et juste mais pas
suffisant, c’est de réponses politiques à la
hauteur des besoins et des attentes de la
classe ouvrière
que nous
avons besoin :
300 euros
d ’au g me nt a -
tion immédiate
pour tout le
monde, pas un
revenu en dessous
de 1500
euros net par
mois, et mise
en place de
l’échelle mobile
des salaires
(les prix montent,
les salaires
aussi !).
Alors parce
que nous
n’aurons que
ce que nous
prendrons, et
que y en a plus qu’assez de ces parasites
qui s’engraissent sur notre dos, tous
ensemble dans la lutte pour nos salaires
et nos conditions de vie !