Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > RED > 2008 > RED 94 - Octobre 2008 > Jeunes Travailleurs > Mettons en échecl’attaque contre le SMIC

Mettons en échecl’attaque contre le SMIC

samedi 25 octobre 2008, par Adrien

Dès la rentrée, le gouvernement
Sarkozy passe à
la vitesse supérieure en
convoquant l’Assemblée
Nationale en session
extraordinaire pour faire adopter un projet
de loi « en faveur des revenus du travail ».
L’objectif affiché est de commencer le chantier
de démolition du SMIC, d’amorcer une
baisse radicale du niveau de vie des travailleurs.
Le projet de loi prévoit la création d’une
« commission du SMIC » qui donnera son
avis tous les ans. En d’autres termes, une
poignée de « spécialistes » pro patronaux
donnera chaque année un prétexte au
gouvernement pour limiter la revalorisation
du SMIC, ou même à terme remettre
complètement en cause son mode de
fixation, peut-être même son existence.
Les « experts » de cette commission justifieront
d’abaisser le salaire minimum en
expliquant que payer les salariés est contradictoire
avec le développement de l’emploi,
que c’est une nécessité pour résister
à la concurrence internationale…
D’autre part, le projet de loi prévoit qu’à
partir de 2010 la revalorisation annuelle du
SMIC aura lieu le 1er janvier et non plus
en juillet. L’objectif : annualiser à terme le
SMIC. Actuellement, la détermination du
SMIC est horaire. Les primes éventuelles
dont bénéficie un smicard ne sont donc
pas prises en compte, ce qui fait que certains
travailleurs bénéficient d’un revenu
annuel légèrement supérieur au SMIC
théorique. L’annualisation permettrait au
patronat de prendre en compte ces primes
dans le calcul du salaire minimum.
Le SMIC a été obtenu à la suite des luttes
de mai 68, c’est l’un des acquis sociaux
les plus importants et les plus symboliques.
Le pouvoir n’a pas les moyens de le
démanteler d’un seul coup. C’est pourquoi
il est d’autant plus important de mettre
en échec dès le début son entreprise de
démolition. Il est donc absolument nécessaire
de préparer dès maintenant une
mobilisation unitaire la plus large possible
des syndicats, partis politiques, associations
diverses, pour obtenir le retrait
du projet de loi de « modernisation » du
SMIC.
Pas touche au SMIC !