Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > RED > 2006 > RED 75 - décembre 2006 > Monde > Solidarité avec Oaxaca

Solidarité avec Oaxaca

mercredi 10 janvier 2007, par JCR-RED

Le Mexique vit un moment de grande polarisation sociale et politique. Felipe Calderón (PAN, droite) a pris le pouvoir après une élection frauduleuse qui a donné lieu à de grandes protestations, même au Parlement. L’opposant Lopez Obrador (PRD, gauche bourgeoise) mobilise les masses en se présentant comme le président « légitime ». Cela a généré une crise sans précédent. En même temps, la répression s’est accentuée à Oaxaca. Le samedi 24 octobre, une « caravane de la mort », composée de militaires et de para policiers s’est soldée par un lourd bilan, des dizaines de morts et de disparus et des centaines de prisonniers. Des manifestations de solidarité se sont organisées instantanément au Mexique.

Les travailleurs prennent le pouvoir

Malgré la répression, la résistance continue à Oaxaca et la solidarité a dépassé les frontières du Mexique (États-Unis). Il faut maintenant une grande mobilisation pour arrêter la répression car il y’a un risque de massacre à grande échelle. Malheureusement, ni l’opposant du PRD ni la bureaucratie syndicale n’ont rien fait pour défendre la lutte de Oaxaca.
Oaxaca est devenue une Commune dans laquelle pendant cinq mois les opprimés ont démontré qu’ils peuvent représenter une alternative de pouvoir à celui des patrons et des politiciens. Oaxaca est devenu un exemple pour les travailleurs mexicains et ceux du monde entier. Ils se sont organisés à travers des assemblées de délègués de travailleurs, paysans et étudiants, et ils ont créé l’ APPO (Assemblée Populaire des Peuples de Oaxaca). Ils ont géré eux-mêmes la sécurité de la ville avec des corps d’autodéfense et des barricades. La police est restée hors de la ville pendant des mois.

Jusqu’à la victoire !

La bourgeoisie ne peut pas tolérer un contre pouvoir et même le réformiste PRD ne veut pas d’autres Oaxaca car cela serait contre leurs propres intérêts.
Cependant, Calderon n’a rien a fêter : la colère est grande et la situation peut se renverser contre leur gouvernement illégitime. L’ UE est le deuxième partenaire économique du pays, les multinationales européennes ravagent le Mexique au même titre que les Américains. En France, il y a eu deux premières manifestations en soutien à Oaxaca, mais cela n’est pas suffisant, des nouvelles actions se succéderont en décembre à Paris.

Florencia, [Censier]