Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > RED > 2006 > RED 75 - décembre 2006 > Edito

Edito

mercredi 10 janvier 2007, par JCR-RED

Cette année, nous avons infligé une défaite au gouvernement, la première depuis 95. L’été dernier, les réseaux de soutien aux sans-papiers ont fait un travail gigantesque pour empêcher Sarkozy d’expulser à tours de bras.
Mais la précarité est toujours là, le racisme aussi et aucun des « présidentiables » ne semble vouloir rompre avec une société qui empire de jour en jour.

Villepin annonce que tout va mieux, la « rupture tranquille » de Sarkozy consiste à accélérer l’offensive de la classe dominante et Royal, en dépit des polémiques dont elle est la cible, annonce au Proche-Orient qu’elle continuera la politique impérialiste française...

Pendant ce temps, Le Pen se frotte les mains en attendant patiemment. Qu’a-t-il à faire si ses sujets de prédilection, l’immigration et l’insécurité, sont repris allégrement par la droite et la gauche ? C’était la même chose en 2002 et le scénario n’a pas l’air d’être modifié.

Ceux dont on ne parle pas dans cette campagne, ce sont les ouvriers, ceux que toute la classe politique a enterré, comme s’ils n’existaient plus. Pourtant, les salariés sont toujours la majorité de la population, et les premières victimes des politiques libérales menées par la droite et par la gauche.

2006 était riche en mobilisations, 2007 s’annonce morose. Mais pour nous, il est clair que nous n’attendrons rien de ces élections. Nous l’avons prouvé, c’est uniquement sur nos propres forces qu’il faut compter pour une vraie rupture… Et celle-ci ne sera pas tranquille !