Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > RED > 2007 > RED 76 - janvier 2007 > Monde > Intervention militaire française en Centrafrique.

Intervention militaire française en Centrafrique.

vendredi 12 janvier 2007, par JCR-RED

Une fois de plus, l’armée française est intervenue militairement en Centrafrique. En 1996 et 1997, il y avait déjà eu deux interventions de l’armée française contre l’armée centrafricaine qui ne demandait rien d’autre que l’application de la Constitution. Cette fois, l’intervention militaire française s’est faite pour appuyer les Forces armées centrafricaines du régime dictatorial de Bozizé.

Soutien français des dictatures

En effet, depuis fin octobre 2006, le Nord Est de la Centrafrique était occupé par les combattants de l’Union des Forces Démocratiques pour le Rassemblement (UFDR) qui menaçaient ainsi directement le régime de Bangui. Alors que le 13 novembre, le porte parole du Quai d’Orsay déclare à la presse que la France n’apporterait qu’un soutien « logistique » et du « renseignement » au régime de Bozizé, on a pu constater qu’en réalité le soutien français n’allait pas en rester là. Quelques jours plus tard, dans la ville de Birao l’armée française est entrée en confrontation directe avec l’UFDR appuyé par les bombardements des Mirage français. L’armée française reprend ainsi le contrôle de l’aéroport après un véritable massacre, non seulement des combattants de l’UFDR, mais aussi de centaines de civils touchés par les bombardements. La France reprend petit à petit l’ensemble du Nord Est de la Centrafrique et les combattants de l’UFDR ont été contraints de se réfugier dans la brousse et pour une partie d’entre eux au Soudan.

La France recolonise

L’intervention militaire française n’est rien d’autre qu’une nouvelle intrusion impérialiste dans une ancienne colonie française avec comme unique but la protection du régime dictatorial de Bozizé et la préservation des intérêts économiques de la France en Centrafrique . Elle n’a strictement rien à voir avec la sauvegarde de quelconques valeurs démocratiques. Après la Côte d’Ivoire, le Togo, le Tchad, le Liban et maintenant la Centrafrique, l’Etat impérialiste français a beau ne pas être allé en Irak, il se rattrape dans son pré carré africain.

Romaric et Dimitri [Nanterre]