Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > RED > 2007 > RED 76 - janvier 2007 > Dossier : L’éducation n’est pas une marchandise > Alternance, filières pro… Une bonne idée pour les patrons !

Alternance, filières pro… Une bonne idée pour les patrons !

vendredi 12 janvier 2007, par JCR-RED

Le fonctionnement d’un LP ou la précarité et l’exploitation dès le lycée
L’orientation en LP se fait, soit par choix personnel ou par obligation dû à un manque de « réussite » durant les années collèges.

Les deux grands domaines de formation sont le tertiaire et métiers de l’industrie et du bâtiment. Les diplômes s’obtiennent avec deux types d’examens, les examens nationaux classique et les CCF (contrôles en cours de formation). Les CCF sont des épreuves pratiques et écrites qui sont crées et notés par les professeurs aux lycéens qu’ils en leur charge. L’examen n’est donc pas impartial et le diplôme peut être d’un niveau inégal d’un lycée à un autre.

Le stage une exploitation gratuite

Autre point toute formation est composé de période de stages. (En industrie au niveau Bac pro elle s’élève à quatre mois réparti sur deux ans). Les durées de stage n’excèdent pas plus de trois mois à la suite donc elles ne sont pas soumises à une obligation de rémunération. Un stagiaire travaillera 35 heures en effectuant des tâches plus ou moins lier à son métier. Comme la productivité dans une entreprise prime avant l’apprentissage, le stagiaire peut se voir effectuer des tâches corvéables (balayage…).

Avant d’être en stage il faut d’abord le trouver et cela réclame du temps. En sachant qu’un stagiaire de moins de trois mois n’a aucun statut (pas d’inscription aux listes ANPE…). Alors cette recherche il arrive qu’elle doit se faire sur le temps de cours car il est difficile dans les circonstances de crise économique de trouver une entreprise. Et la pression est grande de la part du lycée, vu que sans stage la formation n’est pas validée. Le lycéen se verrait contraint de redoubler et ne serrait pas prioritaire sur les listes de réinscriptions.

La casse du gouvernement

Le gouvernement mène une politique de casse du lycée professionnel avec des suppressions de classe régulière, une diminution du budget et des professeurs. Alors qu’un lycée pro offre une formation professionnelle sûre objective et sans pression d’un patron.

Nous devons aller vers une politique de revalorisation des lycée pro et de remplacement total face aux formations exploitante du type apprentissage. Son système doit être amélioré par une augmentation de budget et de professeurs, par l’établissement d’un statut avec rémunération pour les périodes de stages et la suppression des CCF. Car le lycée pro offre un réel avenir pour les jeunes en difficultés, c’est la possibilité d’apprendre un métier et de rentrer dans la vie active avec des bases solides.

Aurélien [Le Mans] Sébastien [Argenteuil]