Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > RED > 2007 > RED 76 - janvier 2007 > Hexagone > Renvoyée pour avoir protesté contre l’armée !

Renvoyée pour avoir protesté contre l’armée !

vendredi 12 janvier 2007, par JCR-RED

Pendant le Forum d’Orientation organisé par mon lycée, outre le tapage des écoles privées à 6000 euros l’année, la présence de l’Armée était tout aussi impressionnante.Banderoles, fascicules hauts en couleurs faisant l’apologie du rôle humanitaire de l’Armée Française et de ses machines à tuer dernier cri (6 têtes nucléaires d’une portée de 5000 km,, ça fait rêver) gradés en uniformes impeccablement repassés contant à mes camarades la belle aventure qu’est l’Armée, je passe les détails...

Ce qui m’a révolté c’est que, face à des écoles pour bourgeois, la possibilité de se faire financer les études que propose l’Armée est assez tentante. Mais le résultat, c’est que ce sont les étudiants des familles les plus modestes qui sont le plus attirés par cette voie...

Après avoir parler avec un gradé de la Marine qui m’a avoué qu’il y a 10 ans, l’Armée ne pouvait intervenir dans les lycées en raison de l’antimilitarisme ancré dans la communauté enseignante, nous avons donc décidé de rédiger un tract dans l’urgence que nous avons distribué aux lycéens.
Ce tract appelait à la création d’un collectif ACG au sein du lycée et insistait sur la désinformation qu’exerçait l’Armée sur leurs véritables intentions.

Liberté d’expression !

Rien de bien méchant au final, mais ceci m’a valu un jour de renvoi ainsi que des pressions de la part de l’administration sous prétexte d’absentéisme et d’autres entorses antérieurs...

Légalement chaque lycéen a le droit de diffuser librement dans son lycée et de parler « politique » s’il s’interdit tout prosélytisme.

Cet « évènement » a réussi à lancer une certaine dynamique dans le lycée : nous avons créé un journal, politique et satyrique, « sous le manteau », (La Gazette du Gobelin) qui a rencontré un bon succès et qui est en train de se développer. Quelques personnes sont également venus discuter du tract mais le problème est que ma sanction, à mon avis « pour l’exemple », freine la dynamique et les quelques lycéens qui souhaiteraient s’exprimer librement.

Correspondante, [St Julien en Genevois]