Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > RED > 2007 > RED 78 - mars 2007 > Hexa > Convention du FN à Lille : le danger est toujours là

Convention du FN à Lille : le danger est toujours là 

samedi 10 mars 2007, par RED

Le 24 février, la convention présidentielle
du Front National, a marqué
l’envoi de sa campagne. Les grands
axes développés par Le Pen, ne font pas
franchement preuve d’innovation : l’immigration
est toujours considérée comme la
cause de tous les maux, en plus de « l’étatisme,
du fiscalisme et du réglementarisme »
qui pèsent sur l’entreprise. Les politiques
menées depuis des années, notamment par
Sarkozy, n’ont fait que légitimer un peu plus
les « arguments » du FN, qui n’a jamais été
aussi fort dans les sondages.

Mais la tonalité de son discours confirme
la centralité des questions sociales dans la
campagne, marquée par les nombreuses
luttes de ces dernières années. Si Le Pen
n’est pas allé comme Sarkozy jusqu’à se
réclamer de Blum et Jaurès, il s’est affirmé
le candidat des « petits, des obscurs, des
sans-grade, travailleurs pauvres et retraités
 » victimes d’un « capitalisme prédateur
 », allant même jusqu’à rendre hommage
à ceux qui « arrachèrent de haute
lutte les droits essentiels du travailleur aux
patrons de droits divins. ». On en lâcherait
presque une larme, s’il ne suffisait pas
de se pencher sur le programme du FN
pour constater à quel point celui-ci vise
à défendre les intérêts de la bourgeoisie
nationale.

Renégociation du temps de travail par
branches, avec
des syndicats
aux pouvoirs
limités, c’est-à-dire la fin de la durée maximum
de temps de travail (déjà bien entamée
par les lois Aubry et surtout Fillon),
baisse des impôts sur le revenu et les
bénéfices, « simplification » du code du
travail, renforcement de la répression à
tous les niveaux (avec notamment la mise
en place dune « présomption de légitime
défense » pour les policiers !). Et bien sûr,
division entre travailleurs « nationaux » et
étrangers par la mise en place de la préférence
nationale, qui verrait l’instauration
d’une société raciste bâtie sur des critères
de communauté supposée…

La polarisation politique se traduit par
le renforcement des idées réactionnaires
en général et d’extrême droite en particulier.
Dans la campagne et dans les luttes
à venir, notre rôle doit être d’armer le
mouvement social contre son pire ennemi.
Comme à Lille, où un rassemblement a
réuni plus d’un millier de personnes contre
le FN, la riposte doit être systématique
contre toute initiative de l’extrême droite,
et contre ses idées. Pour ne pas revivre un
probable nouveau 21 avril, notre campagne
doit aussi être antifasciste.

Romain, [Censier]

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.