Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > Dossiers > Elections > Campagnes 2007 > Tracts > Allocation d’autonomie

Allocation d’autonomie

un pré-salaire pour tous les jeunes !

mercredi 14 mars 2007, par JCR-RED

De plus en plus de jeunes galèrent pour financer leurs
études : plus d’un étudiant sur deux est obligé de se sala-
rier, et 18 % des lycéens travaillent à côté des cours (sondage
CSA-UNL). Cela veut dire que nous subissons la précarité de
plus en plus jeunes non seulement après mais aussi pendant
nos études. Du coup, il est de plus en plus difficile d’accéder à
des études de qualité pour les jeunes des milieux populaires.
Comment faire pour se sortir de cette situation ?

Sarkozy, Royal, Bayrou : tous d’accords pour renforcer la précarité

Alors qu’il y a un an nous avons imposé le retrait du CPE, que
nous propose-t-on dans cette campagne électorale pour les
jeunes ?

Sarkozy propose tout simplement la généralisation du CNE
pour tous les salariés : les choses sont claires, il veut nous faire
avaler le CPE à nous et à tous les travailleurs...
« Contrat de travail et de formation professionnelle » pour Bay-
rou ou « emplois tremplins » pour Royal : tous deux proposent
des contrats spécifiques pour les jeunes, ce qui est une ma-
nière de nous sous-payer. Tous ces contrats ont une chose en
commun : ils ne donnent pas les mêmes droits et/ou la même
rémunération qu’un CDI...Il y en a assez de ces contrats et de
ces emplois précaires !

Mais la première condition pour trouver un emploi de qualité,
c’est d’avoir les moyens pour suivre une formation de qualité.

Pour une vraie allocation d’autonomie !

La seule solution si on veut que les jeunes ne soient pas obli-
gés de se salarier pour financer leurs études et être obligés
d’accepter des boulots de merde, c’est de faire bénéficier tous
les jeunes en formation de 16 à 25 ans d’une allocation suffi-
sante, qu’ils soient apprentis, lycéens, étudiants, à la recher-
che d’un premier emploi...Cette somme doit être à hauteur du
SMIC, pour couvrir tous nos besoins : transport, alimentation,
logement, fournitures scolaires... Cela permettrait de plus à
tous les jeunes qui le souhaitent d’être autonomes de leurs
parents.

Une telle allocation est à l’opposé de la soi-disant allocation
d’autonomie de Royal : elle ne donne pas de montant précis,
et elle propose qu’en contrepartie, les étudiants qui en béné-
ficieront devront effectuer du soutien scolaire ! Finalement, ce
qu’elle propose c’est des jobs de merde payés par l’État !

Comment faire appliquer cette mesure ?

S’il faut verser une allocation d’autonomie de 1000 euros à 5
Millions de jeunes, cela coûterait 60 milliards d’euros par an.
Rappelons que les aides publiques aux entreprises (qui vont à
certaines entreprises qui font des bénefs et qui licencient en
même temps...) ont été de 65 milliards d’euros l’an dernier... Il
suffit d’arrêter de subventionner gratuitement le patronat et on
peut assurer un accès de tous les jeunes quelle que soient leur
origine sociale à la formation qu’ils souhaitent !

Pour nous, une telle allocation serait un pré-salaire comme la
retraite est un salaire différé : ce sont des cotisations patrona-
les qui doivent la financer.

Il n’y a qu’un obstacle pour appliquer cette mesure : s’attaquer
aux profits mirobolants des grandes entreprises et être prêts à
affronter le MEDEF ce que refusent clairement les « gros can-
didats ». C’est ce que défend Olivier Besancenot, candidat de
la LCR.

Et pour cela, il ne faut pas « négocier » avec le patronat mais
lui imposer nos exigences : la seule solution, c’est une mobi-
lisation de l’ensemble des jeunes et des travailleurs. On a vu
l’an dernier que c’était la menace d’une extension de la grève
des jeunes à la classe ouvrière qui a fait peur au gouvernement.
C’est donc un mouvement d’ensemble qui pourra stopper l’of-
fensive libérale que nous connaissons depuis des années et
qui pourra imposer une autre répartition des richesses !


Service civil obligatoire :
pour ou contre ?
CONTRE !

La quasi-totalité des « gros  » candidats est
en faveur d’un « service civil obligatoire  ». Il s’agirait
d’une période de 6 mois, o๠les jeunes, notamment
les jeunes des quartiers populaires seraient obligés
de faire une sorte de stage ou de mission humani-
taire pour « sortir du ghetto  » et découvrir d’autres
horizons. On nous explique que ce sont des militaires
qui encadreraient les jeunes dans ce « service  ».

Comme si ce dont avaient besoin les jeunes, c’était qu’on
leur apprenne ce qu’est la vraie vie, et qu’un peu plus de
discipline, « ça ne pourrait pas faire de mal  ». L’armée et
la police, on les connaà®t et quand on a affaire à eux, c’est
plutà´t pour nous contrà´ler et nous réprimer que pour nous
apprendre quoi que ce soit...

Nous n’avons pas besoins d’encore plus de flics ou de mi-
litaires sur notre dos. Arrêtez de nous parler d’« intégra-
tion  », de dire qu’il faut « civiliser  » les jeunes. On a tout
simplement besoin d’un vrai avenir : nous avons besoin
d’une bonne formation et de vrais emplois ! Et la meilleure
manière d’y parvenir, c’est de commencer par donner une
allocation d’autonomie à hauteur du SMIC.