Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > RED > 2007 > RED 79 - avril 2007 > Campagne > Interview Olivier BESANCENOT Candidat de la LCR

Interview Olivier BESANCENOT Candidat de la LCR

mardi 8 mai 2007, par RED

RED : Pourquoi la LCR présente-telle un candidat à l’élection présidentielle  ?

La LCR a décidé de présenter un candidat
pour l’élection présidentielle, avant
tout parce qu’on veut s’opposer à la droite
et parce qu’on ne se reconnaît pas dans le
discours de Ségolène Royal et du PS. Il est
important pour nous que ceux qui luttent
contre les réformes libérales, contre la
précarité, pour une autre société puissent
exprimer leurs voix à cette élection.

RED : Et le vote utile pour le PS pour battre la droite ?

Pour nous, c’est clair que l’ennemi c’est
la droite. Mais on ne pense pas que ce que
propose le PS s’oppose frontalement à la
politique de la droite et du patronat. Par
exemple, on ne pense pas que les « centre
pour les mineurs encadrés par l’armée »
proposés par S. Royal soit la solution aux
émeutes des quartiers, par exemple ou
encore que l’autonomie des universités
voulue par Bayrou, Royal, Sarkozy et Le
Pen ou la sélection améliore la vie et les
diplômes des étudiants, au contraire.
Pour nous, le vote utile au premier tour,
c’est le vote pour ses propres idées, pour
un programme de luttes qui s’oppose frontalement
à la politique du MEDEF.

RED : Et quel programme proposes- tu ?

On parle d’un programme d’urgence,
c’est à dire un programme qui s’appuie
sur les revendications des jeunes et des
travailleurs. Par exemple, les salariés de
PSA Aulnay sont en grève pour obtenir une
augmentation de salaires de 300 €, parce
qu’aujourd’hui, c’est impossible de vivre
décemment avec le SMIC. On revendique
que tous les salaires doivent être augmentés
de 300 € et que le SMIC doit passer à
1500 € net, maintenant !

On pense que tous les jeunes devraient
avoir une Allocation d’Autonomie, à la
hauteur du SMIC pour leur permettre
d’étudier sans avoir à se salarier (un étudiant
sur deux) ou à se prostituer (400.000
étudiantes, aujourd’hui) !

On pense que tous les Sans-papiers doivent
être régularisés et qu’on devrait tous
avoir la liberté de circuler et de s’installer
en France !

RED : Et où trouves-tu l’argent ?

Dans les manifs, on entend souvent : « de
l’argent, il y en a dans les caisses du patronat
 ». Et c’est vrai ! Liliane de Bettencourt
(principale actionnaire de l’Oréal) gagne
186 millions d’euros par an ! Ou encore
la famille Peugeot (groupe PSA) gagne 95
millions d’euros par an ! On défend que les
cadeaux faits aux patrons ces 25 dernières
années soient repris et redistribué pour les
services publics, par exemple.

On est pour une autre répartition des
richesses. Aujourd’hui, en France, les 10%
les plus riches possèdent 46% des richesses
alors que les 50% des plus pauvres
possèdent 7% des richesses !

RED : Tu penses que voter pour toi c’est suffisant pour mettre en place ce programme ?

Tu sais, en 1936, aucune des mesure
du Front Populaire (congés payés, etc.)
n’étaient au programme d’aucun parti. Ce
qui a forcé le gouvernement à mettre en
place ces réformes, c’est la grève de millions
de travailleurs, le blocage des entreprises
et les manifestations monstre !

Pour mettre en place le programme d’urgence
il faudra des luttes énormes, de l’ensemble
des jeunes et des travailleurs, avec
des coordinations à tous les niveaux : AG,
coordinations locales, régionales, nationales,
etc. Un peu comme ce que vous avez
connu lors du mouvement sur le CPE, mais
généralisé aux salariés aussi, une sorte de
mouvement anti-CPE qui irait jusqu’au
bout.

Voter pour la LCR, c’est clairement pas
suffisant, mais c’est dire qu’on est d’accord
avec ce programme, qu’on est prêt
à se battre dans chaque lutte, sur chaque
revendication. C’est dire que l’on est contre
le système capitaliste et qu’on veut
changer de monde !

RED : Que conseillerais-tu aux jeunes qui sont d’accord avec toi ?

De voter pour moi, dès le premier tour
(rires). Plus sérieusement, la première
chose c’est pendant la campagne de défendre
les idées des JCR et de la LCR. Mais
comme les choses ne s’arrêtent pas le 22
avril, il faut s’organiser au quotidien pour
lutter tous ensemble contre ce système.
Et aussi d’aller aux Rencontres
Internationales de Jeunes, du 21 au 28
juillet qui ont lieu en France cette année
pour discuter avec des jeunes venus du
monde entier, pour se former et pour être
encore plus déterminé à lutter contre le
système et à changer le monde !

Propos recueillis par
Bernardo, [Jussieu]