Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > RED > 2007 > RED 79 - avril 2007 > Hexagone > Mise en place des PRES : danger pour l’enseignement supérieur (...)

Mise en place des PRES : danger pour l’enseignement supérieur !

mardi 8 mai 2007, par RED

En avril 2006, pendant le mouvement
contre le CPE, fut votée la loi sur le
Pacte pour la recherche (PPR). Cette
loi permet, entre autres choses, la création
de pôles de recherche et d’enseignement
supérieur (PRES).

Les PRES ont pour vocations l’association
d’établissements d’enseignement
supérieur (Universités publiques ou privées,
grandes écoles), des organismes de
recherche, des collectivités territoriales
(régions) et des entreprises. À terme, le
PRES a pour but de faire fusionner différentes
universités entre elles afin d’accroître
leur visibilité et surtout leur compétitivité.
Les structures des PRES vont changer.
Les CA, CEVU et CS vont disparaître.
Les deux-tiers des membres des nouvelles
structure seront composés des représentants
des établissements fondateurs, de
personnalités désignées par ces derniers
et enfin de représentants des autres structures
participant aux PRES (régions et
entreprises). Le dernier tiers rassemblera
des enseignants chercheur et des étudiants
en doctorat, qui ne seront pas
nécessairement élus mais pourront être
choisis par les deux premiers tiers.
Les PRES proposant chacun des enseignements
différents vont définitivement
faire éclater le cadrage national de l’enseignement.
Les entreprises de leur côtés
seront invitées à investir dans les PRES et
à participer aux conseils en échange de
réductions fiscales. Ces dernières pourront
ainsi décider de la forme et du contenu
des formations. Celles qui seront donc
financées seront celles jugées rentable par
les entreprises, mettant ainsi en danger les
filières de sciences humaines qui deviendrons
de simple compléments aux autres
formations.

Enfin, tous les PRES n’auront pas pour
vocation de devenir des pôles d’excellence.
Si nous trouverons dans certain des
filières très sélectives donnant le droit à
une formation élevée, les étudiants « trop
faibles » seront orientés dans des PRES
souvent situés en banlieue où ils seront
casés dans des filières courtes et très professionnalisantes
permettant aux entreprises
de trouver facilement une main
d’oeuvre peu qualifiée et corvéable. Les
PRES d’élites créeront des emplois stables
et bien rémunérés tandis que les PRES
poubelle créeront des emplois précaires et
peu qualifiés.

Camille, [Censier]