Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > Dossiers > Mobilisations de masse > Mouvement sur le CPE 2006 > Appels > Appel de la Coordination Nationale de Rennes - 18 février

Appel de la Coordination Nationale de Rennes - 18 février

vendredi 25 mai 2007, par JCR-RED

Nous, étudiants délégués d’une trentaine d’universités mobilisées et en grève réunies en coordination nationale à Rennes 2 le samedi 18 février, sommes déterminés à poursuivre jusqu’au bout le combat pour le retrait pur et simple du CPE. Loin d’être une attaque isolée, le CPE fait suite à une longue série de contre réformes mise en place par le gouvernement qui n’a eu de cesse de détruire un par un nos acquis sociaux (retraites, assurance maladie.), de développer la précarité, de s’attaquer aux services publics et de dévaloriser nos diplômes (LMD, Pacte pour la recherche, loi Fillon sur l’école).

Mais le CPE constitue une attaque sans précédent car il fait de la jeunesse une main-d’œuvre corvéable et jetable à merci. Jetable, car à tout moment, le jeune salarié pourra se faire licencier quasiment sans indemnité et quasiment sans préavis et surtout sans que l’employeur ait à justifier le motif de licenciement.
Corvéable car le jeune salarié ne pourra plus défendre ses droits les plus élémentaires (paiement des heures supplémentaires, congés maladie, droit de grève) mais sera soumis au diktat de son employeur. Il constitue donc une précarisation inacceptable de nos conditions de travail et un cadeau fiscal fat au patronat en les exonérant des cotisations sociales qui permettent la redistribution et le partage des richesses.

Les conditions de vie, de travail et d’études se dégradent de plus en plus.

Face à cette dégradation, qui a conduit à la révolte des banlieues de novembre dernier, le gouvernement a répondu par une véritable provocation, la loi dite « pour l’égalité des chances ». Celle-ci vise à rendre plus violente l’entrée des jeunes dans le marché du travail (apprentissage dès 14 ans, travail de nuit dès 15 ans, CPE.) et à rendre docile la jeunesse (renforcement des pouvoirs des polices municipales, suppression des allocations familiales et stages dans la police et l’armée pour les jeunes trop « turbulents »).

Le CPE fait suite à la mise en place par décret du CNE en août dernier.

Villepin a promis la remise en cause prochaine du CDI, avant juin. Il est contenu dans cette loi pour laquelle le gouvernement à tout d’abord décrété l’urgence, puis utilisé le 49-3, niant ainsi tout débat démocratique pour tenter de museler une nouvelle fois la jeunesse de ce pays en passant en force par crainte des mobilisations des jeunes et des salariés.

C’est pourquoi nous réaffirmons notre détermination sans faille à continuer la lutte jusqu’au retrait pur et simple du CPE. Nous appelons ainsi toutes les universités et lycées à se mettre en grève.

Nous réclamons donc :

- Le retrait de la loi sur l’égalité des chances, dont le CPE fait partie (apprentissage à 14 ans, travail de nuit dès 15 ans.)

- Le retrait du CNE

- Un plan pluriannuel de création de postes à la hauteur des besoins dans l’éducation nationale

Le mouvement doit se construire avec tous : salariés, étudiants, lycéens.
C’est pourquoi nous soutenons l’appel pour la journée du 7 mars. Nous mettons tout en ouvre pour développer un mouvement d’ensemble, massif, seul à même de faire reculer le gouvernement.

D’ici le 7 mars, nous relayons l’appel au 23 février lancé par l’assemblée générale de Rennes, pour laquelle nous appelons l’ensemble de la jeunesse à se mettre en grève et à manifester. De même, nous appelons à la mobilisation le 28 février afin de rythmer la mobilisation et demandons aux salariés et aux organisations de jeunesse de relayer cette date.

La prochaine coordination nationale se tiendra à Toulouse Rangueil samedi 25 février.