Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > Brochures et textes > Formations > Inter > Situation en Amérique latine

Situation en Amérique latine

François Ollivier, janvier 2007

mardi 12 juin 2007, par JCR-RED

Topo Amérique latine.
Au delà de la conjoncture, c’est un continent des + explosif. Déjà dans les années 60 avec Cuba + guerres de guérillas (Che Guevara)…
-  2002 : insurrection en Argentine
-  Venezuela, depuis 1992.
-  Equateur = mvts sociaux / indigènes
-  Bolivie= occupation terres / villes
-  Colombie : 1 partie du territoire occupé par les FARC
-  Mexique : Oaxaca
C unique sur la planète.

Il y a 3 blocs en Amérique Latine :

1. A la botte de l’impérialisme US.
Colombie / Uruguay / Paraguay / Haïti
→ résulte de la pression constante & très forte des USA.
Sur le plan économique : ALCA
-  baisse des droits de douaniers
-  pression des marchés financiers
-  → libre échange sauvage
Plan Colombie = présence militaire US
Pression de la droite nationale.
→ Ce qui limite la présence américaine, c l’enlisement en Irak / Palestine / Iran

2. « L’autre amérique » (axe social-libéral)
Argentine / Brésil / Uruguay / Paraguay / Chili
Gouvernement de centre-gauche / nationalistes – soc dem qui s’adaptent aux marchés ; mais avec un certain accompagnement social.
→ leur politique est subordonnée au maintien de l’équilibre (remboursement de la dette ; privatisations ; refus d’une réforme agraire radicale)
Leur priorité politique est l’agro exportation mais avec un accompagnement social
-  Brésil : Faim Zéro (44 millions de pers.) ou bourse pour famille (120 millions de familles) qui donne entre 1$ et 1,5$ / jour.
Mais, Bourses = 5,2 Millions de reals / Rembt Dette = 520 millions de reals [1real = 0,46$]
→ les banquiers sont ceux qui se sont le plus enrichis.
4 ans de Lula ont transformé le PT de parti ouvrier en parti soc-libéral (corruption généralisé.
-  Argentine (Gvt Kirchner) : Plan de travail = on a le RMI si on fait du travail local, qui passe par les ONG. Le chômage est passé de 37% (2002) à 16% (2006).
→politique clientéliste, corruptrice.
-  Nicaragua : élection de Daniel Ortega, ancien leader du FSLN (Sandinistes) le 8/11/06. Ortega est l’héritier d’une tradition « de gauche », mais qui s’adapte au système (les sandisnites ont signés le CAFTA) + corruption généralisée.
Ces politiques ne sont possible qu’avec la hausse des prix des matières premières qui permettent des marges de manœuvre.

Ces Gvts sont très durs économiquement et à la marge ils font du démocratique, de l’unitaire

3. Le bloc « anti-impérialiste » ou « national révolutionnaire ».
Venezuela / Bolivie / Cuba
Pas de rupture – même limitée – sans intervention du mouvement des masse.
Ces courants sont des courants Nationalistes Révolutionnaires
-  tradition d’opposition / de rupture avec les US (hérité de Simon Bolivar)
-  q° du contrôle des ressources naturelles
Ce sont des ruptures partielles avec imp. US mais qui ne posent pas la q° de l’expropriation de la bourgeoisie.
-  Venezuela. Il y a un mvt de masse en autoactivité qui manifeste dès qu’il y a une attaque contre Hugo Chavez
Le Venezuela profite de l’exportation de pétrole (5e prod. Mondial / 2e exportateur) qui permet de financer une politique sociale → qui assure nourriture / éducation / santé
+ politique internationaliste qui rejette la pression US. Création de l’ALBA (contre l’ALCA) ; plan pétrole contre médecins w/ Cuba
+ mais peu de volonté de rupture av/ K. → la structure de la propriété privée n’a pas été touchée en 4 ans de Chavez.
+ la q° pétrolière (80%) de l’économie : opacité de la q° pétrolière, même si l’industrie pétrolière a été nationalisée. Demande d’une constituante pétrolière
+ la q° de la démocratie (8 élections depuis 1992) mais peu de démocratie socialiste : comité de gestion, cogestion est très faible, avec bcp de corruption + image de Chavez très forte.
-  Bolivie. C le mouvement de masse qui a mis sous contrôle Evo Morales le 17/12/05.
Le pays est très pauvre (2e + pauvre après Haïti). Peud e structure, sf l’armée golpiste.
Région de pétrole et de sucre (Santa Cruz) à l’ouest.
Au centre du pays : région indienne (La Paz)
→ mais il y a des mouvements populaires pour le contrôle national et populaire des ressources eau / gaz / coca → nationalisation des hydrocarbures ; refus de considérer l’eau comme une marchandise (demandé par l’OMC).
+ défaut lié au pays (conflit interethniques dans les mines) ; pbs pour trouver des experts pour nationaliser le pétrole.
+ Moralès a des références socialistes / anti-impérialiste, mais son vice-président est pour le capitalisme-andin. + corruption importante qui ont conduit à des changements dans le gvt.
-  Cuba : à la veille d’un grand changement de Castro.
+ Miami veut reprendre Cuba
+ Evolution du régime (car tout est nationalisé) → pression type chinoises = ouverture du K. à l’international. Que vont faire les cubains.
+ Tout est maintenu par pression anti-démocratique interne.

4. Les évolutions récentes.
-  Mexique et l’insurrection de Oaxaca (Etat le + pauvre du pays) pour demander le recompte des votes, puis la démission du président. L’armé a envahi la ville et à défait la révolte…
→ Erreur des Zapatistes qui n’ont pas participé au processus (ne voulant pas prendre le pouvoir, donc pas participé aux élections.
-  Equateur : élection de Rafael Correa le 26/11/06 + constituante : refuser l’ALCA (dette = 11 milliards de $ pour 12 millions d’hab. dont 72% vivent avec – d’1$/jour), s’engager dans l’ALBA ; réaliser la réforme agraire…

Q° stratégiques :
-  démocratie et souveraineté des peuples
-  ressources et qui contrôle ?
-  Gvt : comment avoir des politiques indept. De Lulla, Krichner ou du Fraté Amplio en Uruguay
→ défense de notre programme en ayant un front anti-imp.