Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > Dossiers > Antifascisme > Ras l’front, attaqué en justice par la Fondation Lejeune, est lourdement (...)

Ras l’front, attaqué en justice par la Fondation Lejeune, est lourdement condamné !

mercredi 13 juin 2007, par JCR-RED

Le 13 janvier 2005, Jean-Marie Le Méné, président
de la fondation Lejeune, a tenu une conférence
dans un établissement scolaire privé d’Avignon.
Une manifestation de protestation a été appelée
contre cette conférence sur « le contenu des lois
bioéthiques », dont chacun sait que c’est une des
« entrées » de la fondation Lejeune pour porter
son message contre l’avortement . L’appel à cette
manifestation, dénonçant la propagande de la
Fondation Lejeune et de son président, ainsi que
leurs liens avec les commandos anti-avortement, a
été distribué et mis en ligne sur différents
sites internet, dont celui de Ras l’front.

La fondation Lejeune et son président ont porté
plainte pour diffamation contre le responsable de
Ras l’front 84 et contre le webmestre du site Ras
l’front. Le jugement du tribunal d’Avignon est
tombé le 9 mai 2007 : pour chacun des deux
militants, 1500 ¤ d’amende, 1000 ¤ de dommages et
intérêts pour la fondation et son président, 1500
¤ pour les frais de justice, et enfin les frais
de publication dans deux journaux. Soit plus de
8000 ¤ au total !

En faisant condamner financièrement deux
militants antifascistes, la fondation Jérôme
Lejeune cherche à museler l’association Ras
l’front mais au-delà, à faire un exemple en
direction de tous les défenseurs des droits des
femmes et, en particulier, des défenseurs du
droit à l’avortement.

Car, si la fondation Lejeune est connue pour ses
recherches médicales et les soins sur la trisomie
21 et d’autres maladies génétiques, elle l’est
également pour son activité contre l’avortement.
Ainsi, la fondation participe à des
manifestations comme la Life Parade, sa
vice-présidente (veuve du professeur Lejeune) est
membre du comité de soutien de la « Marche pour
la vie 2007 » organisée par « 30 ans ça suffit »
(1). Sur son site « Généthique », la fondation
Lejeune relaie les informations anti-avortement
du monde entier. Récemment, son président, JM Le
Méné, interpellait les candidats à la présidence
de la République : « Mon seul critère de vote est
le respect de la vie commençante. Je ne pourrai
pas voter pour un candidat qui accepte de tuer
des enfants. » (2) Créée après la mort du
professeur Lejeune en 1994, la fondation a obtenu
(en moins d’un an !) la reconnaissance d’utilité
publique, qui lui permet de recueillir des dons
déductibles des impôts... Elle bénéficie
évidemment du soutien du Vatican : Jérôme Lejeune
était membre de « l’Académie pontificale pour la
vie », le Pape Jean-Paul II s’est recueilli sur
sa tombe en 1997 et une procédure de
béatification est en cours.

A l’heure où la nébuleuse du lobby
anti-avortement se fait entendre chaque année un
peu plus, où le droit à l’IVG est battu en
brèche, tant par la suppression de moyens alloués
aux structures médicales que par l’action
d’associations anti-avortement, à l’heure où la
ministre Christine Boutin nomme comme chef de
cabinet une personnalité connue pour ses
positions extrémistes,

Ras l’front en appelle à la mobilisation pour la
liberté d’expression, la défense des droits des
femmes et de l’IVG. Pour Ras l’front, choisir de
donner naissance ou non est un droit intouchable
 : c’est pourquoi nous avons décidé de faire appel
du jugement.

Afin de porter publiquement cette lutte légitime,
de défendre le droit à l’avortement,
d’accompagner les militants inculpés, nous
appelons à la mobilisation massive de toutes et
de tous lors du procès en appel qui devrait se
tenir le 12 octobre 2007, à 8h30, à la cour
d’appel de Nîmes.

Ras l’front ne pouvant faire face seul aux
conséquences financières de ce procès, nous
appelons également à la solidarité financière :
vous pouvez adresser vos dons à Ras l’front, BP
87, 75561 Paris Cedex 12, mention « solidarité
avignon »

(1)Collectif créé à l’occasion du 30e
anniversaire de la Loi Veil, légalisant
l’interruption volontaire de grossesse en janvier
1975, « 30 ans ça suffit » regroupe de nombreuses
associations anti-avortement : Laissez-les vivre,
la Trêve de Dieu, Renaissance catholique Š
(2)Interview à « famille chrétienne » 21-27/04/2007.

Ras l’front, le 11 juin 2007