Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > Dossiers > Mobilisations de masse > Réforme de l’université / retraites - 2007 > Positions syndicales et unitaires > L’UNEF appelle les étudiants à amplifier leur mobilisation et à manifester le (...)

L’UNEF appelle les étudiants à amplifier leur mobilisation et à manifester le 20 novembre aux cà´tés des fonctionnaires

Communiqué de presse de l’Unef

mercredi 7 novembre 2007, par Antoine

L’UNEF se joint à l’appel à la manifestation lancé par les fédérations de fonctionnaires pour le 20 novembre, et appelle les étudiants à faire de cette date une journée d’action dans les universités permettant d’amplifier la mobilisation.

Une grogne étudiante qui monte

Depuis quelques semaines, les assemblées générales à l’appel des organisations d’étudiants et de personnels se multiplient dans les universités. 1000 étudiants se sont par exemple réunis à Rouen, 700 à Aix Marseille 1, 800 à Toulouse le Mirail, 500 à Nîmes, 400 à Reims, 400 à Nanterre, 300 à Paris 8, 300 à Caen, 250 à Paris 1, 200 à Lyon 2… Ce matin, des barrages filtrants avaient été mis en place dans 3 universités, à Rouen, Paris 10, et Aix Marseille 1.

Un ras le bol généralisé

Les étudiants s’inquiètent en premier lieu de la loi sur l’autonomie des universités et de ses menaces sur le service public d’enseignement supérieur, mais ils se mobilisent aussi pour exiger du gouvernement une prise en compte de leurs revendications, demandant notamment des mesures pour sortir les étudiants de la précarité et leur permettre de réussir en Licence. Enfin, les étudiants sont solidaires des mobilisations des salariés sur la question des retraites, du pouvoir d’achat ou encore des franchises médicales et souhaitent démontrer leur attachement à un système social solidaire.

Faire du 20 novembre la journée du service public

L’UNEF appelle les étudiants à manifester le 20 novembre pour démontrer leur attachement au service public d’enseignement supérieur. A l’occasion de l’ouverture du débat budgétaire, les étudiants dénonceront la supercherie du projet de loi de finances 2008 pour l’enseignement supérieur, qui malgré une augmentation affichée de 1,8 milliards d’euros, ne prévoit aucun nouveau crédit pour les étudiants ou les universités, et est le premier budget depuis plusieurs dizaines d’années à ne prévoir aucune création de postes. Enfin, les étudiants seront encore victimes cette année d’une baisse du nombre de postes aux concours de l’enseignement, qui, en plus de remettre en cause le service public, fragilise encore l’insertion professionnelle des nombreux étudiants qui souhaitent se consacrer à l’enseignement.

L’UNEF attend que le gouvernement prenne enfin la mesure des attentes des étudiants et mette en place des mesures ambitieuses pour répondre au vrai problème de l’enseignement supérieur : la précarité étudiante et la réussite en Licence.