Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > Villes > Pays de la Loire > Le Mans > Activité de la section > Lutte antipub et critique de la surconsommation : actions et (...)

Lutte antipub et critique de la surconsommation : actions et répression.

jeudi 4 janvier 2007, par JCR Le Mans

Pourquoi se battre contre la pub ?

La publicité sous sa forme contemporaine est devenu un support d’oppression sociale et de domination dans le système capitaliste. Sous la pression d’une économie de marché exacerbée, elle s’est imposée sans débat préalable dans notre quotidien, à travers les médias et les nouvelles technologies (journaux, télé, internet,…). Mais plus grave, elle s’est appropriée l’espace public en devenant incontournable dans les rues de nos villes. En toute impunité, des milliers de panneaux ont fleuris dans nos jardins urbains pour le plus grand plaisir des multinationales, à commencer par notre fleuron français de l’affichage : JC Decaux. Je peux ainsi zapper le temps de la pub quand je regarde la télé où quand je lis un journal mais je n’ai pas le choix de voir cette pollution visuelle quand je me déplace en ville. C’est un véritable déni de démocratie et une attaque de plus contre le bien commun par la privatisation sauvage de notre espace public ; aujourd’hui 1/3 des panneaux publicitaires sont illégaux selon l’association Paysage de France.

Plus que la récupération de l’espace public, une lutte contre la marchandisation.

Au-delà de la quantité impressionnante de panneaux, véritable agression quotidienne inévitable et parfois illégale, c’est aussi l’aspect qualitatif de l’affichage publicitaire qui est à remettre en cause. Le contenu des campagnes est trop souvent choquant par la libre diffusion de messages complètement irresponsables (sexisme, abrutissement, mensonges, manipulations, violence, incitations à la consommation, aux dépenses d’énergie, à ne pas réfléchir...). En contestant l’hégémonie publicitaire c’est donc le moteur de la société de (sur-)consommation qu’il s’agit de saboter. « L’anticapitalisme doit nécessairement se doubler d’une critique radicale de la société de consommation sous peine de faire le jeu du système qu’elle combat. Ainsi, aussi sûrement que le surtravail, la mécanique marchande et la surconsommation dont elle est porteuse, constitue un pilier fondamental du capitalisme. Pire : sous les traits de la société de consommation, elle est la vitrine alléchante de ce capitalisme triomphant. »(1)

Construisons un activisme antipub non-violent !

Être antipub ce n’est pas rejeter en bloc toute forme de publicité. « La publicité au sens de rendre public ce qui est d’intérêt public est quelque chose de nécessaire et de légitime, mais lorsque la pub devient un système de domination, là il faut la combattre » écrit François Brune (2) de l’association RAP (Résistance à l’Agression Publicitaire). Les modes d’actions contre l’invasion publicitaire sont nombreux. Par exemple depuis 2005, des collectifs de « Déboulonneurs » (3) se sont formés dans plusieurs villes en France. La tactique ? La désobéissance civile par la dégradation assumée et non-violente en barbouillant des panneaux publicitaires (4m x 3m) en public. L’objectif ? Une taille maximale d’affichage de 50 cm par 70 cm, accompagnée d’une contrainte de densité et la suppression des panneaux lumineux et animés gaspillant de l’énergie.

Répression et mobilisations à venir.

À l’image des faucheurs volontaires d’OGM, ou des manifestants anti-CPE, l’Etat a choisi la répression du mouvement social. Les procès et arrestations de militants antipub se multiplient. Deux barbouilleurs-déboulonneurs paraîtront à Montpellier devant le tribunal le 27 juin, ils avaient été retenus 16 heures de garde à vue après un barbouillage non-violent le 26 Février dernier. À Cherbourg ce sont 6 militant(e)s anti-nucléaires qui ont comparus devant le tribunal correctionnel le 11 mai dernier suite à une action anti-pub, le procureur a requis 450 € d’amende pour chacun d’entre eux. Ceux-ci participaient au VAAAN (Village Autogéré Anti-capitaliste et Anti-Nucléaire) qui a eu lieu pendant le rassemblement anti-EPR du 15 au 17 Avril. De même à Paris, une manif anti-CPE et l’occupation d’une école (EHESS) avaient données lieu à un barbouillage collectif dans le métro parisien, le procès concernant cette action se déroulait le 26 avril au TGI Paris : 10 personnes étaient inculpées pour dégradation de biens publics dans le métro. D’ailleurs de nombreuses actions antipub spontanées sont parties dans les récentes manif’, elles témoignent d’une prise de conscience pertinente sur le rôle néfaste de la pub dans la société. On pouvait lire notamment sur les panneaux barbouillés : "La publicité vend ce qu’on vous fera fabriquer avec un CPE ou un CNE" ou encore "Pas de quartier pour la pub, pas de pub dans mon quartier"
Des rassemblements de soutien sont d’ores et déjà prévus pour les procès des barbouilleurs, soyons nombreux à nous mobiliser en soutenant les militants inculpés pour ces actions de légitime réponse à l’invasion publicitaire.

Pierre, militant LCR-JCR et antipub, Le Mans


Références :

Baptiste Mylondo (militant communiste) auteur de : Des caddies et des hommes (La Dispute, 2005)

François Brune a écrit notamment :
Le bonheur conforme, essai sur la normalisation publicitaire (Gallimard, 1981)
Les médias pensent comme moi ! (L’Harmattan, 1997)
De l’idéologie, aujourd’hui (Parangon, 2004)

Collectif des Déboulonneurs : http://deboulonneurs.org

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.