Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > Villes > Pays de la Loire > Le Mans > TRACT > Tract contre le fascisme et le racisme. (2) (novembre 06)

Tract contre le fascisme et le racisme. (2) (novembre 06)

jeudi 4 janvier 2007, par JCR Le Mans

NON ! L’IMMIGRATION N’EST PAS UN PROBLEME, REPONSE AUX MENSONGES RACISTES

« La France aux français » ??

Etre français de souche est totalement dénué de sens dans une France où 1/5ème des français a un grand-parent d’origine étrangère. La population française actuelle est le fruit, depuis des siècles, de vagues d’immigrations et de métissages incessants qui en font la richesse. Le territoire français lui-même n’a pas toujours connu sa forme actuelle : la Provence, terreau du F-Haine, est-elle une province française de « souche » alors qu’elle n’a été rattachée à la France qu’au XVème siècle ? Et que dire de l’Alsace et la Lorraine...
Non, nos ancêtres ne sont pas d’irréductibles Gaulois !

« Les immigrés ne s’assimileront jamais » ??

Assimilation : processus par lequel un être vivant en transforme un autre en sa propre substance (déf. Scientifique).
Les immigrés n’ont pas à « s’assimiler » car personne n’est en droit de forcer un individu à abandonner ou à détruire son identité.
En revanche, il faut favoriser leur intégration qui est le processus de participation active à la société de membres variés et différents tout en acceptant leurs spécificités culturelles, sociales et morales qui enrichissent par cette diversité même la société.

CONTRE L’ASSIMILATION, POUR UNE REELLE INTEGRATION !
Il faut se battre pour une vraie citoyenneté :
ðDroit de vote pour les immigrés.
ðRégularisation de TOUS les sans-papiers.

« 3 millions de chômeurs, 3 millions d’immigrés » ??

Il n’y a pas de corrélation entre le chômage et l’immigration :
17% d’immigrés en Suisse et « seulement » 5% de chômeurs.
En France, la proportion d’étrangers n’a pas évoluée depuis 1974, alors que le nombre de chômeurs a triplé. Les immigrés sont les premières victimes du chômage et de la précarité (20% des immigrés au chômage) ; ils sont utilisés comme « amortisseurs de la crise ». De plus, les immigrés subissent la discrimination à l’embauche ainsi que leurs enfants et leurs petits enfants (par exemple il faut être français pour être fonctionnaire).

Non, les immigrés ne prennent pas le travail des français !
Dans les années 30, les nazis menaient campagne en Allemagne avec comme slogan « 400 000 chômeurs, 300 000 juifs ; la solution est simple ! ». Ce slogan a abouti à l’extermination de 6 millions de juifs et de 500 000 tziganes.

C’est contre la misère et le chômage qu’il faut lutter, pas contre les immigrés !

" Les immigrés ont tous les HLM "
Mensonge. Trois ménages immigrés sur quatre vivent dans le privé. Les étrangers occupent 7 fois plus souvent des logements précaires et 4 fois plus souvent des logements surpeuplés que les Français de même condition sociale. Un quart des familles manquent soit d’un W.C. soit d’une installation sanitaire. Un dixième seulement des HLM est occupé par une famille étrangère. En 1988, 9,5 % des HLM parisiens étaient occupés par des cadres supérieurs. Le gouvernement Balladur a augmenté en 1993 le plafond d’accès au HLM, défavorisant encore les familles les plus nécessiteuses. Dans le même temps, alors que 60 000 familles prioritaires avaient fait une demande de logement en région parisienne on y comptabilisait plus de 120 000 logements vacants.

" Les immigrés coûtent cher à la Sécu "
En 1991, Chirac avait repris ce mensonge en affirmant que grâce aux aides sociales, une famille d’immigrés vivait mieux qu’une famille française. Une enquête des élèves de l’ENA faite montrait que les étrangers cotisent plus qu’ils ne perçoivent dans les deux secteurs déficitaires de la Sécu. Ils cotisent à hauteur de 7,6 % pour le régime maladie alors qu’ils ne touchent que 6,3 % des prestations. De même ils cotisent à hauteur de 7,9 % pour les retraites alors qu’ils n’en perçoivent que 5 %. Par ailleurs, ayant rarement les moyens de cotiser à une mutuelle complémentaire, le taux de remboursement des dépenses médicales n’étaient que de 56,4 % pour les immigrés en 1991 contre 77,8 % pour les Français.

« Les immigrés sont la cause principale de la délinquance »
A condition sociale identique, la délinquance n’est pas plus élevée chez les immigrés que chez les Français. La petite délinquance est généralement plus importante dans les milieux défavorisés où se retrouvent les immigrés venant des pays pauvres. Sur les condamnations prononcées en 1991, 15,7 % concernaient des étrangers. Mais 1/4 des délits se rapporte à des infractions aux lois sur l’immigration. Infractions qui ne cessent d’augmenter du fait d’une législation de plus en plus dure. Le harcèlement incessant de la police explique aussi le fait que les immigrés soient plus souvent mis en cause. Mais pour une même infraction, 35 % des personnes seront envoyées au parquet si elles sont françaises contre 63 % si elles sont maghrébines.