Jeunesses Communistes Révolutionnaires

Accueil > RED > 2007 > RED 80 - mai 2007

RED 80 - mai 2007

Sarkozy est le nouveau Président de la République Française. Certains sont désespérés, parlent de quitter le pays… D’autres ont commencé à cramer des caisses ou à préparer la riposte. Nous sommes de ceux-là : il faudra plus qu’une élection pour nous décourager !

Évidemment, ça nous donne la rage de voir Sarkozy à l’Élysée ! Mais il ne faut pas se faire de films sur lui : il est dangereux, mais pas fasciste. Et s’il est dangereux, ce n’est pas parce qu’il serait particulièrement méchant, ou paranoïaque… C’est parce qu’il exécute les moindres souhaits des vrais puissants, des riches, des patrons, du MEDEF… Ce que Royal se préparait aussi à faire !

L’élection de Sarkozy n’est pas une défaite, et celle de Royal n’aurait pas été une victoire : tous deux étaient déterminés, chacun à leur manière, à liquider nos acquis sociaux. Les classes dirigeantes mettent une énorme pression sur les gouvernants pour qu’ils privatisent, exploitent, précarisent… Une pression telle qu’elle a poussé Sarkozy sur le terrain de l’extrême droite, et Royal sur le terrain de la droite.

L’espoir ne vient pas d’un remplacement de Sarkozy par quelqu’un d’autre, mais de quelque chose de beaucoup plus prometteur : la combativité de millions de jeunes et de travailleurs. Depuis cinq ans, nous sommes des millions à être descendus dans les rues, à de nombreuses occasions : contre Le Pen en 2002, contre la « réforme » des retraites en 2003, contre la guerre en Irak, contre la loi Fillon sur les lycées en 2005, contre le CPE en 2006, sans oublier les révoltes dans les quartiers en novembre 2005, et la victoire du NON à la Constitution Européenne.

Face à un gouvernement de droite déjà très agressif, et à une gauche déjà très molle, nous avons fait la preuve que nous pouvions gagner, par la lutte ! Alors que le CPE était voté et promulgué, et que le gouvernement Sarkozy - Villepin s’y accrochait de toutes ses forces, et de toute la force de ses CRS, nous les avons forcés à retirer la loi, sous la menace d’une grève générale !

Cela prouve au moins deux choses : d’une, après 5 ans de Sarkozy au gouvernement, la France n’est pas devenue un pays fasciste, même si le MEDEF a réussi à faire passer la plupart de ses attaques sociales, et de deux, on peut infliger des défaites même à un tel gouvernement, et même plus. Les jeunes et les travailleurs ont rarement été aussi révoltés que pendant ces 5 ans.

Nous devons donc compter sur nos propres forces, comme on a commencé à le faire depuis cinq ans : à nous de préparer la riposte, mais, cette fois-ci, ne laissons rien passer ! Sarkozy a annoncé qu’il voulait s’attaquer avant juillet au droit de grève, aux retraites et au droit pénal des mineurs : il veut aller à l’affrontement avec la jeunesse, les retraités, et les travailleurs.

Alors préparons l’affrontement, préparons un nouveau mai 1968 !